La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’écriture et la vie

novembre 2021 | Le Matricule des Anges n°228 | par Catherine Simon

La Plus Secrète Mémoire des hommes

Qui est donc le mystérieux T.C. Elimane, auteur d’un livre unique, Le Labyrinthe de l’inhumain, publié en 1938, en France, et dont le lycéen Diégane Latyr Faye, a découvert le nom, en 2008, au Sénégal, dans son Précis des littératures nègres  ? Diégane, le narrateur, aspire lui-même à écrire, il se rêve poète. La généreuse Marème Siga D., son aînée, rencontrée quelques années plus tard, lui offre son exemplaire du Labyrinthe. Dès les premières pages, Diégane est subjugué. Le voici propulsé dans le fan-club du très énigmatique Elimane. Il se lance sur ses traces.
À l’issue d’un long voyage initiatique, raconté façon thriller, qui entraîne le héros, dix années durant, d’Amsterdam à Dakar, en passant par Paris, nous n’aurons pas appris grand-chose sur le contenu du fameux Labyrinthe. Nous en saurons un peu plus sur T.C. Elimane. Et beaucoup sur les tourments de l’opiniâtre Diégane.
La Plus Secrète Mémoire des hommes est un beau roman, le quatrième de Mohamed Mbougar Sarr, né au Sénégal en 1990, que l’éditeur Philippe Rey a su repérer et encourager. Le sujet du livre, la littérature, ce paradis perdant, résolument vital, a de quoi séduire – au-delà, il faut le souhaiter, du cercle des « littéraires », libraires ou critiques. Il interroge le rapport entre l’Afrique et l’Europe, les plaies vives de la colonie. Habilement composé, jouant du flash-back sans perdre son lecteur, le récit, malgré certaines afféteries, rappelle le roman de Troyat, Le Mort saisit le vif. Mais la force de ce livre tient, surtout, aux portraits qu’il brosse : des gens, des villes et des époques. Ce sont eux, les vivants, plus sûrement que le fantôme d’Elimane, qui nous attachent, nous émeuvent, nous captivent. Outre Siga la magnifique, il y a Mossane et ses amours tragiques, Musimbwa le solitaire, mais aussi un éditeur juif de la fin des années 1930, une poétesse haïtienne travaillant pour les Nations unies et une journaliste algérienne d’aujourd’hui. Mbougar Sarr a du souffle : celui d’un vrai écrivain.

C.S.

La Plus Secrète Mémoire des hommes
Mohamed Mbougar Sarr
Philippe Rey/Jimsaan, 462 pages, 22 e

L’écriture et la vie Par Catherine Simon
Le Matricule des Anges n°228 , novembre 2021.
LMDA papier n°228
6,50 
LMDA PDF n°228
4,00