La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Manège des oubliés

novembre 2021 | Le Matricule des Anges n°228 | par Thierry Guichard

Le Manège des oubliés

Voici un livre de nouvelles qui porte bien son titre. C’est une armée de l’ombre que ressuscite ici Jacques Josse en de très courts textes (de deux à trois pages chacun) qui tracent avec peu d’effets le destin de solitaires, d’écorchés, d’ombres accoudés aux comptoirs de rades bretons, couchées sous la lande ou perdues « dans les draps rêches de l’océan Atlantique ». Des portraits où se dessine parfois l’auteur lui-même quand c’est le goût des livres ou la figure des poètes que sa prose évoque. Jacques Josse ne marche pas exactement sur les traces du Michon des Vies minuscules. Sa prose ne cherche pas à être lumineuse (même si y brillent quelques belles trouvailles) : c’est au plus près d’une condition humaine faite de violences, de deuils, de misère que l’écriture avance, humble mais précise, sans pathos ni jugement. L’effet du manège opère : chacun se met à vivre sous nos yeux et l’un après l’autre ils finissent par donner vie à une communauté. Celle des oubliés que l’écrivain ancre dans notre mémoire nous rendant ainsi une part de cette humanité qui gît en tous. Usant ici d’un behaviourisme à la Carver, là d’un soupçon d’objectivisme, cette écriture se nourrit autant de la terre bretonne que de la poésie américaine. Elle rend dans sa (fausse) simplicité apparente justice à celles et ceux qui n’avaient parfois qu’ « une tombe de pauvre, sans pierre tombale, soumise aux assauts du vent, du gel et de la pluie » comme François Labia. À celui-ci, torturé sur un bateau de pêche au large de Terre-Neuve en 1903, Josse fait plus que rendre justice : il lui offre un suaire de papier et à nous un être à chérir, par de-là l’oubli.

T. G.

Le Manège des oubliés
Jacques Josse
Quidam, 113 pages, 14 e

Le Matricule des Anges n°228 , novembre 2021.
LMDA papier n°228
6,50 
LMDA PDF n°228
4,00