La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens S’ouvrir à tous les possibles

avril 2022 | Le Matricule des Anges n°232 | par Thierry Guichard

En rassemblant sept années de publications éparses, l’anthologie de la jeune Laura Vazquez vient confirmer l’émergence d’une voix poétique inouïe et puissante.

Vous êtes de moins en moins réels

Anthologie 2014 - 2021 (Inédit)
Editions Points

Ce sont des poèmes publiés en revues (Organisation de la chute, Par ici la sortie !, Sabir, Sunset RS, etc.) chez ses premiers éditeurs (Derrière la salle de bains, Plaine page, Cheyne) ou issus de commandes auxquelles Laura Vazquez, 36 ans, a répondu. Son premier roman La Semaine perpétuelle (éditions du Sous-sol) paru l’an dernier avait révélé à un plus grand nombre de lecteurs la singularité d’une écriture dont on ne saurait trouver ailleurs un équivalent. En rassemblant ici ces poèmes épars, l’anthologie qui couvre les années 2014-2021, nourrit à son tour le sentiment pour le lecteur d’être face à une révélation. Lire Laura Vazquez s’apparente à vivre une expérience toujours renouvelée tant la plasticité de ses textes échappe à leur fixation (dans un sens, un sentiment, une pensée ou une image). Le poème ici serait comme une photographie argentique en cours de développement qui passée dans le bain de révélateur laisserait apparaître sur le papier des formes, des images impossibles à fixer, mouvantes sans cesse. Par un jeu sur la logique (« l’inverse d’une parole n’existe pas/ il n’y a pas de contraire pour un prénom »), les juxtapositions insensées (« montagne plate/ lourde// bébé à crâne mou/ un chien à l’odeur de pain ») et l’accumulation encyclopédique (comme s’il fallait sauver le monde en l’écrivant), Laura Vazquez déploie tout un continent de mots à travers lesquels le lecteur chute, pénétrant dans sa lecture les interstices que les phrases ouvrent en lui. Cette porosité, ce que le montage des images rend invisible mais présent, déploie une énergie organique qui semble sans limite. Et de fait, la poésie de Laura Vazquez se régénère à chaque lecture puisqu’elle est sans cesse une énigme qui touche à l’énigme même de notre présence au monde.

Laura Vazquez, il est rare qu’un grand éditeur propose à un ou une jeune poète de publier une anthologie de ses textes. Comment en êtes-vous venue à publier Vous êtes de moins en moins réels au Seuil et comment s’est construit ce livre ?
C’est la maison d’édition Points qui m’a proposé de composer une anthologie de mes poèmes ; et c’est l’éditeur de mon premier roman, Adrien Bosc (éditions du Sous-sol), qui leur a soufflé l’idée. J’ai la chance d’avoir un éditeur qui porte un regard large sur les œuvres. Il a tout de suite compris que mon écriture parcourait et parcourra aussi bien le roman que la poésie.
Comme pas mal de poètes, j’ai publié beaucoup de textes en revues, sous forme de plaquettes (éditées par Marie-Laure Dagoit) et chez différents éditeurs de poésie. Il y avait là assez de matière pour former quelque chose à travers les années. Cela ressemble à un bloc de temps. C’est ainsi que je vois cette anthologie : comme la matérialisation d’une étape, une période d’écriture assez longue, allant des poèmes publiés en 2014 jusqu’à des poèmes écrits en 2021, souvent brefs, parfois écrits à partir de commandes de la part de revues, ou de festivals, ou pour la radio....

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°232
6,50 
LMDA PDF n°232
4,00