La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Seghers

Ouvrages chroniqués

Hélène ou le règne végétal
de René Guy Cadou
2007
Réédition du recueil posthume de René Guy Cadou, éloge aux gens aimés et « aux biens de ce monde » - en une parousie vibrante de clarté. Un peu moins qu’un oublié mais trop souvent encore relégué dans les franges de la mémoire, René Guy Cadou est connu d’un cénacle, publié par quelques-uns, réveillé d’entre les ombres par ceux qui l’ont aimé1, ou d’autres qui le découvrent par ses poèmes sans l’avoir rencontré - et dans ces parutions qui s’égrènent en fidélité, Hélène ou le Règne végétal occupe une place à part. Aimer Cadou, c’est sans cesse y revenir, car en ce recueil dense et limpide se dévoilent sa voix la plus intime, et pour le lecteur, l’expérience rare d’être touché par le trouvère et accueilli par l’homme. Le...
Lucie Clair
novembre 2007
Le Matricule des Anges n°88
Météoriques
de Gérard Hallier
Gérard Haller publie un premier livre au titre prémonitoire : Météoriques. Sorte de journal traversé par le ciel et la terre, à l’effet désenchanté. On ne sait pas grand-chose de Gérard Haller, à part qu’il a écrit pour le théâtre et qu’il vit à Paris, qu’il a presque cinquante ans ; qu’il envoyait ses Météoriques par bouts sous papier kraft à ses amis et au philosophe Jean-Luc Nancy. Ça suffit à le lire, sans qu’autre chose vienne troubler. Et ça suffit aussi à ouvrir le volume par une lettre dudit philosophe. Une lettre qu’on peut lire après, ou avant, parce qu’elle ne légitime pas le livre, mais replace le travail de l’auteur dans son histoire, dans sa logique ou son élan. Il semble donc que l’ensemble Météoriques ait d’abord été...
Emmanuel Laugier
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Le Voleur de Nostalgie
de Hervé Le Tellier
Le Voleur de Nostalgie d’Hervé Le Tellier se déguste. Aux plaisirs des sens, il associe ceux de l’intelligence. Un chroniqueur publie chaque semaine une recette de pâtes italiennes. Il signe d’un pseudonyme à la couleur locale : Giovanni d’Arrezo. Un homonyme lui écrit d’Italie. Notre homme de goût tente de lui répondre et, après recherche, envoie une même lettre aux trois Giovanni d’Arrezo répertoriés par le Bottin à Florence. C’est le début d’une correspondance croisée et mystérieuse à laquelle se mêle le carnet de bord de l’écrivain. On connaît donc ses pensées, en ignorant tout de...
Thierry Guichard
novembre 1992
Le Matricule des Anges n°2
Le Voleur de Nostalgie
de Hervé Le Tellier
Un roman épistolaire et gastronomique qui tourne au polar psychologique : Hervé Le Tellier met le souvenir en conserve, mais pas à l’abri du cambriolage. Les romans épistolaires ont souvent en commun une saveur un peu désuète, un peu précieuse, un brin formelle. Le Voleur de nostalgie, bien que délibérément contemporain, n’échappe pas à ce constat. C’est même de là qu’il tient sa saveur très particulière. Sous le pseudonyme de Giovanni d’Arezzo, un jeune homme exerce la profession toute alimentaire de journaliste gastronomique. De son petit appartement surplombant les toits parisiens, il fait paraître chaque semaine une recette de pasta prétendument authentique et bien tournée, nimbée de souvenirs d’une enfance italienne inventée de toute...
Camille Decisier
avril 2005
Le Matricule des Anges n°62
Œuvre sur l’eau
de Erri De Luca
2002
En plantant le décor de son récit à Montedidio, quartier populaire de Naples, Erri de Luca recrée les lueurs de son enfance. Naples, cette ville de sang, magnétique et fantasmagorique, rude et pauvre, où on naît et meurt en napolitain. En de courts fragments, Erri de Luca nous conte l’histoire d’un garçon de 13 ans. Il vient de quitter l’école pour le métier d’apprenti-menuisier. Lancé dans le nouveau monde, il consigne le contenu de ses journées sur un rouleau de papier, mais en italien, plus reposant, « parce qu’il est muet ». C’est la langue du savoir, au contraire du dialecte...
Philippe Savary
juin 2002
Le Matricule des Anges n°39

Auteurs