La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Feu et silence

octobre 2004 | Le Matricule des Anges n°57 | par Catherine Dupérou

Maria Soudaïeva est née en 1954 à Vladivostok. De père russe et de mère coréenne, elle a vécu en Corée, en Chine et au Vietnam. Souffrant très jeune de troubles psychologiques accompagnés de visions chaotiques, elle fut souvent hospitalisée. Antoine Volodine qui traduit son livre l’a rencontrée à Macau en 1991, alors qu’elle montait avec son frère un réseau pour sauver de la mafia les prostituées de Vladivostok. Difficile de ne pas voir en cet auteur quasi inconnu en Russie une héroïne romanesque, voire « post-exotique » (elle inspirera à Volodine la Gloria Vancouver de Port intérieur). Écrit en français et en russe, « dans une langue hybride à replacer dans cette attitude de déculturation volontaire et extrémiste », Slogans est un poème de résistance ultime à la barbarie humaine. Un triptyque apocalyptique où se déroule une guerre sans nom. Les humains y ont laissé place à des singes, loutres, insectes et oiseaux sur une terre dévastée d’Extrême-Orient. Seules demeurent des femmes, ou plutôt leurs ombres, « petites sœurs de l’automne », « orphelines nues », « nymphes des villes insoumises » auxquelles s’adressent ces trois fois 343 imprécations. Comme autant d’instructions capitales données aux dernières combattantes d’un monde exterminé. Dans les charges imprécatives de Maria Soudaïeva sourdent d’autres vociférations acharnées : celles d’Artaud et Sarah Kane, autres suicidés d’un monde avarié.
Un jour il fera nuit et « les mauvais jours finiront ». Pour Maria Soudaïeva le noir est fait. Elle s’est suicidée en février 2003. Nous reste d’elle cette épopée radicale au pays du chaos, livre des morts sidérant. Ultime injonction à demeurer éveillé : « si tu n’as plus de mains pour t’ouvrir, rendez-vous dans un autre rêve ! »

Slogans
Maria Soudaïeva
Éditions de l’Olivier
Traduit du russe
par Antoine Volodine
110 pages, 15

Feu et silence Par Catherine Dupérou
Le Matricule des Anges n°57 , octobre 2004.
LMDA papier n°57
6.50 €
LMDA PDF n°57
4.00 €