La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Grünewald, le temps déchiré

de Françoise Ascal
Une catharsis picturale ? Loin des images édifiantes, le retable d’Issenheim dramatise la douleur et l’imploration. Un chef-d’œuvre dont Françoise Ascal nous donne le poème. Comme tous ceux qui ont vu, au musée d’Unterlinden, à Colmar, le retable d’Issenheim, œuvre maîtresse de Matthias Grünewald – « une peinture en dehors de tout ce que l’on connaît » dira Huysmans, qui lui consacrera une pénétrante analyse dans Trois Primitifs Françoise Ascal a été frappée par ce qu’il a de somptueux dans sa violence comme dans la sublimation de la détresse. « Longtemps après / on se souvient du foudroiement des rouges // longtemps après / on porte en soi / une brûlure lancinante  ». Transféré à Colmar après la Révolution, le chef-d’œuvre de Grünewald fut peint pour la...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Le Fond de l’air : Chroniques de la NRF (1988-1995)

de Jacques Réda

Le Fond de l'air : Chroniques de la NRF (1988-1995) de Jacques Réda

Devenu, en 1987, rédacteur en chef de la NRF – autrement dit « chef de gare » qui organise les convois, surveille les aiguillages, délivre des billets tout en s’interdisant de prendre place lui-même dans une voiture – Jacques Réda a fini par se résoudre à monter dans le train, mais en passager clandestin, dans « le fourgon arrière  ». Deux pages en fin de volume, intitulée Le fond de l’air,...
janvier 2021
Le Matricule des Anges n°219

Anthologie bilingue de la poésie latine

de Collectif

Bonheurs latins

La poésie de langue latine en Pléiade, c‘est deux mille ans d’une étonnante diversité autant qu’une invite à connaître et à rêver autour de la langue souche du français. Il y a du panache et du défi – à l’heure où les études classiques sont exsangues et où le latin va s’effaçant – dans le geste qui consiste à publier un livre célébrant la rencontre de la poésie et de la langue latine, du IIIe siècle av. J.-C. à Pascal Quignard, auteur, en 1976, d’Inter aerias fagos, un poème éclaté qui est comme la matrice de son œuvre. Une somme donc où l’on trouve des...
novembre 2020
Le Matricule des Anges n°218

Filles données aux Adamites

de Mathias Rambaud

Filles données aux Adamites de Mathias Rambaud

Tout a commencé au Paradis, un bar d’une station balnéaire. Serveur le temps d’un été, Mathieu y fait la connaissance d’un père et de ses deux filles, Esther, l’aînée « qui porte l’amour sur son corps », et Abigaëlle, la cadette, beaucoup plus troublante tant elle semble auréolée d’un nimbe de « dangers flous ». Elle fascine Mathieu, ce dont le père s’aperçoit vite : « Pourquoi ne...
novembre 2020
Le Matricule des Anges n°218

Bruges-la-Morte

de Georges Rodenbach

Caresses de cendre

Œuvre singulière, qui montre un homme pris au piège des sortilèges de la ressemblance, Bruges-la-Morte est un bijou de la littérature fin-de-siècle. Roman méconnu mais superbe, Bruges-la-Morte (1892) est l’œuvre de Georges Rodenbach (1855-1898), écrivain et poète belge de la génération symboliste, ami de Mallarmé, de Rodin, de Villiers de L’Isle-Adam, et chroniqueur de la Belle Époque pour le Journal de Bruxelles ou le Figaro. Inconsolé, désespéré après la mort de sa jeune épouse, Hughes Viane est venu s’installer à Bruges parce...
novembre 2020
Le Matricule des Anges n°218