La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Richard Brautigan
Mots fétiches

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°2

L’art de Brautigan ne souffre ni étiquette ni enfermement. Voici quand même, quelques mots-clefs de son univers

Bunthorne : « Poète précieux et charmeur qui laisse libre cours à un noble bavardage de saveur transcendantale », C’est le surnom dont Allen Ginsberg avait affublé Brautigan pour illustrer son côté marginal face à l’establishment des écrivains de North Beach (relaté par Keith Abbott).
Critique : au titre des rares exceptions au silence critique qui a baigné jusque là les écrits de Brautigan, figurent l’ouvrage de Pierre-Yves Pétillon La Grand-Route (Seuil, 1979), les pages de Tony Tanner dans City of Words (New York Harper and Row, 1971) et de Manfred Pütz dans The Story of Identity (Stuttgart : Metzler,1979).
Diggers : un groupe d’idéalistes issus du Haight Ashbury (quartier de San Francisco). Objet d’admiration de la part de Brautigan dans leurs entreprises anarchistes, ils sont parmi les premiers à avoir contribué à son succès foudroyant à la fin des années soixante, en distribuant ses textes ronéotypés.
Ecrits : C’est ainsi que Brautigan désigne ses ouvrages. Dans la version originale, writings n’a pas le côté précieux du mot français mais dénote la réticence de l’auteur à figer ses travaux dans un genre déterminé.
Haiku : une véritable complicité esthétique lie l’écrivain au Japon. De l’art du Haiku, Brautigan écrit : « J’aimais cette façon d’utiliser le langage qui consiste à concentrer l’émotion, le détail et l’image jusqu’à obtenir la forme d’un acier semblable à la rosée ».
La librairie : « c’était un parking pour cimetières d’occasion » (La Pèche à la truite en Amérique)
Substances : mises à part les expériences sur des « produits chimiques » menées dans le laboratoire des Hawkline, et pour prendre à contre-pied la réputation de l’écrivain, c’est au H20 que carbure l’oeuvre de Brautigan, de Big Sur sur le littoral californien au paysage cristallin de « Sucre de pastèque » (Watermelon dans la version originale) en passant par tous les ruisseaux à truites d’Amérique.

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?