La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Novalis ou le romantisme totalitaire

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°2 | par Pascal Goigoux

Fragments, précédé de : Les disciples à Saïs

Chimère magnifique dont rêvait le romantisme allemand, la poétisation des sciences a trouvé en Novalis son mystagogue le plus émérite, tant le développement organique de son écriture fonctionne - tout au moins dans ses meilleurs moments - par absorption du langage discursif dans le langage « poétique ». Au lecteur de découvrir ces régions incertaines où l’atomisme sémantique du discours rationnel implose en une sourde déflagration qui ne va pas sans un tremblement sacré. A cet égard, on suivra avec intérêt les variations sémantiques du concept de « mathématiques » qui se résolvent en « pure religiosité ».
S’il n’y a pas pour Novalis « d’arrière-monde » ou de réalité supérieure, la découverte vertigineuse du fondement absolu de l’être, abolit la distinction sujet / objet et survient comme une épiphanie, une émergence du merveilleux. L’acte poétique manifeste l’unité de la Vie dans ce qu’elle a de plus général. Il est pure création, « magie ».
Certes, certains fragments sont un rien artificiels et dogmatiques ; Novalis affirme puisqu’il ne peut pas démontrer. Il expérimente les limites du langage. « La philosophie sonne comme la poésie parce que tout cri dans le lointain devient une voyelle. Ainsi, dans l’éloignement tout devient poésie ; des monts lointains, des hommes lointains, des événements lointains ».
L’intérêt de cette réédition des Disciples à Saïs réside bien sûr dans la traduction de Maurice Maeterlinck

Fragments, précédé de
Les disciples à Saïs

Novalis
traduit de l’allemand
par Maurice Maeterlinck
José Corti
452 pages, 135 FF

Novalis ou le romantisme totalitaire Par Pascal Goigoux
Le Matricule des Anges n°2 , novembre 1992.