La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Il est quatre heures, Jozsi s’éveille

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°2

L’Hymne du hongrois György Schwada est un petit bijou. Texte très court, d’une grande simplicité dans le style comme dans la construction très répétitive, il fonctionne avec une efficacité rare. L’Hymne se découpe en huit tableaux qui se déroulent presque tous à quatre heures du matin. « Quelle heure est-il ? / Il est bientôt quatre heures et quart… / Et pourquoi tu l’as pas dit ? / Qu’est-ce que je n’ai pas dit ? / Qu’il est quatre heures passées…/ Je te l’ai dit Jozsi… »
L’homme, Jozsi, dort dans la caisse à charbon. Chaque réveil le trouve pratiquement amnésique. Il questionne sa femme Aranka qui lui rappelle qu’il est rentré vers minuit, saoul et brutal, et qu’il a réveillé ses enfants pour forcer sa famille à chanter l’hymne national. L’homme est stupéfait. La femme le réconforte : « Quand quelqu’un travaille toute la journée et qu’après le boulot, il bosse encore pour nourrir une grande famille… alors il lui faut quelque chose… Il lui faut chanter l’Hymne tous les jours ».
Les voisins portent plainte, « parce qu’ils veulent nous aider ». Amendes, prison, services sociaux, la violence grandit et mène au meurtre. Les personnages de ce récit sont comme absents, ils regardent dans le vide, étrangers à la violence qu’ils provoquent. Cette attitude impassible face au destin dégage le texte du simple sait divers. L’Hymne a été mis en scène par Ludovic Lagarde au C.D.N. de Reims en décembre dernier.

L’Hymne
György Schwada
traduit du hongrois par
Anna Lakoslt et
Jean-Loup Rivière
Editions théâtrales
46 pages, 68 FF

Il est quatre heures, Jozsi s’éveille
Le Matricule des Anges n°2 , novembre 1992.