La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Souvenirs, souvenirs

janvier 1993 | Le Matricule des Anges n°3

La cité Roosevelt, qui donne le titre aux sept nouvelles de Philippe Lacoche, est située à Tergnier, dans l’Aisne, pays de betteraves et de solitude. L’auteur y a vécu là son enfance, parmi les enfants de cheminots et d’ouvriers de la cité. L’exercice qui consiste à se souvenir à voix haute est périlleux : on sombre vite dans le mielleux pathétique, l’insupportable narcissisme. Ces Charybde et Scylla, Philippe Lacoche a su les éviter. Car l’auteur, ici, ne décrit pas son enfance, il la recompose, il en rebâtit les lieux, il redonne naissance aux personnages qui l’ont peuplée, bref, il la réinvente en passant par le tamis de l’écriture les souvenirs, trente ans après, de l’homme mûr. Et c’est la distorsion entre le réellement vécu et ce qui en est transcrit sur le papier qui fait que, finalement, cette enfance, c’est aussi la nôtre.
La phrase de Philippe Lacoche est d’une simplicité déconcertante, loin de tout pathos, sans aucune volonté de marquer le lecteur, de frapper son imagination. A cet égard, Première Ablette est remarquable qui fait passer l’émotion dans la simple énumération des poissons dont rêve le pêcheur en herbe. L’écriture de Philippe Lacoche est un fin ruisseau qui, étrangement, nous entraîne à la source : le temps heureux de notre jeunesse. La mémoire sélective a fait son travail, l’écriture n’a rien défait, il y a dans ces pages l’esquisse, le trait clair de toute enfance.

Cité Roosevelt
Philippe Lacoche

Le Dilettante
93 pages, 75 FF

Souvenirs, souvenirs
Le Matricule des Anges n°3 , janvier 1993.