La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds All about Bove

décembre 1994 | Le Matricule des Anges n°6

Dix-sept ans d’enquêtes et d’interviexs ont permis la publication de la première biographie d’un homme discret : Emmanuel Bove. Dix-sept ans pour réhabiliter l’oeuvre d’un écrivain longtemps.

Emmanuel Bove, la vie comme une ombre

Dans le Dictionnaire des littératures de langue française en trois tomes de Bordas (1984) entre Bout du banc et Bovelles, il n’y a rien. Emmanuel Bove, il y a 10 ans, ne faisait guère partie de l’histoire littéraire. C’est de cette injustice-là, répétée mainte fois, que se sont nourris Raymond Cousse et Jean-Luc Bitton pour réaliser la première biographie d’un écrivain né au crépuscule du 19e siècle. Emmanuel Bove, la vie comme une ombre (Ed. Castor astral) s’est bâti autour de témoignages, de documents retrouvés et de citations des romans autobiographiques de l’écrivain. Œuvre d’admirateurs, c’est aussi le livre de militants investis du besoin de défendre l’écriture bovienne. (1)
« Il m’est très difficile de parler de lui sans avoir l’impression de trahir son extrême modestie. » Louise-Emmanuel Bove, la seconde femme de l’écrivain, donne une explication sur le silence qui suivit la mort de son mari. Présenté par ses proches comme un être falot, transparent, effacé, l’écrivain n’a jamais donné de prises solides à ses futurs biographes. Pas de déclarations fracassantes, pas d’aventures rocambolesques, pas même de prises de position politiques tonitruantes ; Bove est tout entier dans ses livres. Il aura donc fallu beaucoup d’acharnement aux deux biographes pour réunir la matière de ces 250 pages. Le résultat plus que probant, n’exclut pas cependant les périodes d’ombre dans la vie de l’auteur des Mémoires d’un homme singulier.
Emmanuel Bobovnikoff naît le 20 avril 1898 d’Henriette Michels, et d’Emmanuel Bobovnikoff un Russe, juif volage et velléitaire. Son enfance se passe entre deux familles, son père s’étant trouvé une maîtresse, Emily, riche Anglaise qui ne laisse pas le futur écrivain indifférent.
Raymond Cousse insiste sur ces années où « ses déracinements, son sentiment de précarité existentielle« marquent un »traumatisme (…) comme si un blocage affectif s’était produit (…) qu’il cherche à surmonter par l’écriture sans jamais parvenir à l’exorciser ».
De l’adolescence cahotique, on retiendra la misère dans laquelle il vécut, les petits boulots qu’il fit après la mort de son père tuberculeux. Ouvrier chez Renault, plongeur dans un restaurant à Marseille, portier à Versailles, il effectue même un séjour d’un mois à la prison de la Santé à cause de son état misérable et de son nom à consonnance étrangère (1916). Cette vie difficile lui fournira le cadre de ses deux premiers romans Mes Amis et Armand.
Lors de son service militaire, Emmanuel rencontre Suzanne qu’il épouse en 1921 avant de partir pour l’Autriche vaincue, où il se consacre à l’écriture. Impossible de savoir quand cette idée d’écrire lui est venue ; dans l’hommage rendu à sa mort par Pierre Bost, son ami écrit : « Il était romancier de naissance. »
En Autriche naîtront Nora, sa fille et Mes Amis, son premier roman. De retour en France, un conte envoyé au quotidien Le Matin est remarqué par la « directrice des contes », Colette. C’est sous...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?