La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le petit maître de Sôseki

décembre 1994 | Le Matricule des Anges n°6 | par Philippe Savary

Sauterelles, hurlements et mesquinerie : pas facile la vie dans un collège. Botchan est un joli conte plein de malice du Japonais Natsumé Sôseki.

Voici un livre bien précieux pour tous ceux qui se prédisposent à endosser une noble carrière dans l’Education nationale ou qui s’interrogent sur les raisons du fort taux de suicide au sein du corps enseignant. Ce texte de Sôseki, écrit en 1906, et qui raconte le noviciat d’un jeune professeur de collège, est à la fois drôle, léger, satirique et malicieusement contemporain. On peine à penser que l’auteur ait tiré ce témoignage de sa propre imagination. Sôseki fut professeur d’anglais à l’Université de Tokyo à partir de 1903 avant de se consacrer entièrement à sa carrière d’écrivain, après le succès de son premier roman Je suis un chat (1905). Une chaire, en sorte, en forme de piédestal, d’observatoire privilégié pour raconter l’état de l’éducation au pays du Soleil levant.
Tel le Zadig de Voltaire, le Botchan de Sôseki est un candide jeune homme de 24 ans, mais dont la fierté et le respect des valeurs ne sont pas sans rapport avec le sang de ses ancêtres, « vassaux directs du Shôgun ». Mais attention, ici, pas de référence à la tradition.
Les premières lignes du texte ont l’avantage de l’honnêteté et place immédiatement le ton du récit. « Pour tout héritage, j’ai reçu une nature impulsive et risque-tout qui me vaut depuis ma petite enfance de perpétuelles mésaventures. » Botchan (petit maître en japonais) est un garçon tumultueux et rebelle. Il perd coup sur coup sa mère et son père, hérite d’un petit pécule et force le destin. Il s’inscrit par hasard à une école de physique à Tokyo (« Lorsque j’y resonge à présent, cet acte m’apparaît comme une bévue due à mon irréflexion congénitale. » ) Trois années plus tard, diplôme en poche, il reçoit sa première affectation, en province. Les premières impressions qu’il donne à sa vieille servante, sa seule amitié au monde, ne ressemblent guère à une carte postale type Club med : « Je suis arrivé hier, l’endroit est sans intérêt. Je loge dans une chambre de quinze tatamis. » Plus loin, il affine son jugement : « Cette bourgade (est) si petite qu’une heure de promenade en épuise tous les charmes. » On lui donne du Monsieur, il est surpris mais en redemande. Il déchantera très vite avec des élèves pour qui les mécanismes de la couardise, la ruse et l’insolence sont parfaitement assimilés. Le milieu professoral (« Le directeur, c’est le Blaireau, le sous-directeur : Chemise-rouge, le professeur d’Anglais : Courge-Verte… » ) est un vrai panier de crabes dans lequel Botchan s’évertue à arracher les faux-semblants.
Pour ceux qui aiment Sôseki, à coup sûr, ils trouveront là, dans l’un de ses premiers textes, l’ébauche de son style si familier, mélange raffiné d’ironie, de clarté et d’excès. Sa langue est fine, d’une finesse qui laisse percer par moments, comme des crocs acérés, ses appréhensions, ses sarcasmes. A travers ce récit léger, Sôseki reste aussi attentif à l’évolution de son pays (nous sommes en plein ère Meiji), un Japon séduit par les sirènes occidentales. Facétieux, sagace de tempérament, il exprime ses craintes : « Le monde commence soudain à m’apparaître comme un séjour dangereux… Peut-être que le monde n’est peuplé que de charlatans qui ont une seule idée en tête : se tromper mutuellement ». Une douce parabole.

Botchan
Natsumé Sôseki

traduit du japonais
par Hélène Morita
Le Serpent à plumes éditions
211 pages, 80 FF

Le petit maître de Sôseki Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°6 , décembre 1994.