La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Palm Beach Vice

décembre 1994 | Le Matricule des Anges n°10 | par Christophe David

Punch Créole

Il est assez étonnant que d’Elmore Leonard publié à la Série Noire, au Masque et maintenant chez Rivages on parle si peu. Sans en être la suite, Punch créole reprend les personnages de La joyeuse Kidnappée (Série Noire, N°2151, Gallimard, 1988) : Louis Gara fraîchement sorti de la Florida South Prison et Ordell Robbie qui a désormais pignon sur rue à Palm Beach comme trafiquant d’armes. Pourtant ils ne sont pas les héros du livre -au contraire. L’héroïne, c’est Jackie Burke, hôtesse de l’air quadragénaire, prise en flagrant délit alors qu’elle « passe » de l’argent d’un Etat à l’autre pour le compte d’Ordell Robbie. Elle devra naviguer entre le trafiquant et les policiers pour tirer son épingle du jeu, une épingle de 550 000 dollars. L’idée de la faire évoluer en couple avec l’étonnant quinquagénaire Max Cherry, le « cautionneur » qu’utilise Robbie pour la sortir de prison, est intéressante. « Ils étaient semblables ; elle se sentait bien avec lui et savait qu’il ne s’était fourré dans cette affaire que pour elle, pas pour l’argent ». Ni Sailor ni Lula -la moyenne d’âge de leur couple est de cinquante ans-, on ne peut même pas dire qu’ils agissent avec sang-froid. Avec circonspection tout au plus. Ce qui suffit à désarmer la violence désordonnée d’un Ordell Robbie et à déjouer la vigilance des policiers du Florida Departement of Law Enforcement.
Pour une fois, ce qui est assez rare pour être signalé, le crime paie dans Punch créole. Sans doute parce que les héros détournent l’argent d’un salaud ce qui est peut-être encore, aux yeux de Leonard, un acte moral. D’ailleurs Max même s’il a toujours travaillé avec des truands est resté « respectable ». Quant à Jacky, une fois l’argent détourné, elle n’a qu’une idée : l’emmener « loin de tout ça ». Leonard qui décrit, ici, le hors-champ de Miami vice : trafic d’armes et crack houses, mérite au moins la même audience (plus toujours justifiée) qu’un James Ellroy.

Punch Créole
Elmore Leonard

traduit de l’américain
par Michel Lebrun
Rivages / Thriller
294 pages, 119 FF

Palm Beach Vice Par Christophe David
Le Matricule des Anges n°10 , décembre 1994.