La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jean-Claude Pirotte
Là-bas

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11

Je me souviens de la bibliothèque de Monsieur Prins. C’était la maison tout entière tapissée de livres, à l’extrême pointe de Bezuidenhout, là où commence le domaine infini de la bruyère, du sable, des pins, du vent et du ciel, un domaine qui est aussi un livre. Ce domaine qui est un livre, c’est celui du haut Veluwe, et dans la naïveté de mes onze ans je croyais que Monsieur Prins y règnait sans partage. Encore aujourd’hui qu’un demi-siècle ou presque s’est écoulé, je lève les yeux vers les nuées qui sont comme les garantes d’une permanence dans la métamorphose, et je retrouve au fond de moi la conviction que je vais revoir au loin, dans une trouée, la lande allodiale où j’ai déchiffré pour la première fois librement l’obscur psautier de mes lectures passées et prochaines.
J’ai tout oublié car la vie est l’œuvre musicale de l’oubli, néanmoins il me reste un mot de ce temps-là, puisé dans Augustin Thierry me semble-t-il (ou serait-ce dans le Tristan de Bédier ?). Un mot né du francisque et que j’ai trouvé beau comme tous les mots que l’on ne comprend pas. Mais j’ai soupçonné sans erreur ce qu’était un alleu : une terre que son occupant ne tient que de dieu et du soleil, un jardin sans corvée ni servitude, une sorte de modeste et singulier éden. Une bibliothèque est plus qu’un apanage : une réserve intouchable de droit divin, un royaume d’utopie pour vieil enfant poursuivi par les pourvoyeurs de bois de justice. Ma bibliothèque est toujours là-bas, dans le sable et la bruyère mauve d’un automne interminable.

Jean-Claude Pirotte, février 1995

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?