La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Maison de poupée

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11

Jane Bowles a écrit Sa Maison d’été en 1948. A la lecture de cette pièce on a du mal à comprendre qu’il ait fallu attendre si longtemps pour pouvoir la lire en français.
« Je ne suis pas certain qu’on ait suffisamment pris conscience que Jane était avant tout une humoriste », écrit Paul Bowles dans sa préface. Le moins que l’on puisse dire c’est que malgré cette affirmation, on aurait plutôt tendance à considérer Sa Maison d’été comme une tragédie. Dans une atmosphère qui n’est pas sans faire penser à Tchekhov, Jane Bowles noue et dénoue les relations troubles qui lient une fille à sa mère. Molly, la fille, élevée à l’ombre de Gertrude, la mère, ressemble à ces plantes que le soleil a du mal à atteindre. Effacée, lorsqu’elle séduit c’est comme lui avoue Lionel son futur mari « parce que tu as toujours l’air de ne m’écouter qu’à moitié ». Refusant le combat pour séduire, abandonnant la scène à une jeune fille surexcitée qui tentera de lui ravir et les attentions de sa mère et l’amour de Lionel, Molly est une sorte de Mademoiselle Julie américaine. Jane Bowles excelle dans le non-dit, rejetant en-dehors de la scène les événements importants (la mort, le mariage) pour rester au plus près du drame intérieur de ses personnages. Très précise dans ses indications scéniques, la dramaturge tisse un univers expressionniste où les seconds rôles, riches en couleur, mettent en perspective la solitude des deux femmes. Il y aurait de nombreuses lectures possibles de cette pièce où le rapport fille-mère, central, est décliné doublement - avec le couple Vivian (la jeune surexcitée)-Madame Constable (sa mère), personnage grotesquement tragique. Le thème de l’exil, dont il est facile d’imaginer l’importance quand on est la femme de Paul Bowles, prend ici des résonances mythiques. La mer, en fond de décor, symbolise un ailleurs que seule Molly ne voudra pas atteindre, consciente, peut-être qu’il est le synonyme d’un Eden perdu.

Sa Maison d’été
Jane Bowles

traduit de l’anglais
par Evelyne Pieiller
Christian Bourgois
168 pages, 90 FF

Maison de poupée
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.
LMDA papier n°11
6,50 €