La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La sente des falaises

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Erwan Le Bihan

Après trois recueils de poèmes parus chez Rougerie, Anne -Josée Lemonnier pourrait nous livrer ici une correspondance aux forts accents lyriques, écrite au fil d’une année, au rythme des saisons. Si ce n’est que la véritable destinataire s’est éclipsée, emportée par la maladie. A qui confier ce qu’il reste à dire, ce qui submerge et qu’il n’est plus possible de taire ? A qui, sinon au témoin omniprésent de la relation, à celui qui veille impassible comme un immense réservoir de souvenirs ? Lettre à la mer, longue lettre-poème à l’être cher et disparu, Laure ; le dialogue brusquement interrompu se renoue, lentement. Les gestes quotidiens, le mouvement inlassable des marées, la course des nuages, les lumières changeantes avivent pourtant la blessure : l’affront insolent de la vie, imperturbable, lorsque « vivre n’est plus une évidence mais un apprentissage ». Où puiser l’énergie nécessaire pour prendre part à cette renaissance perpétuelle ? Anne-José Lemonnier ne fuit pas. Elle revient sur les lieux de la rencontre, de l’échange, de l’amitié et le repeuple. Ce travail de deuil est une patiente alchimie : mêler l’Autre, Laure, la disparue et toutes les manifestations de la vie jusqu’à ce qu’elles fassent corps. Son écriture, pudique et retenue, est le tissu entre les remous intimes et l’écorce du monde, le lieu de la réconciliation où tout redevient limpide. La traduction, en somme, de ce qu’elle énonçait dans Pâques des mers (Rougerie) : « La poésie vaque / à l’éclosion / des transparences. » Elle chemine au bout des terres, poursuivant la quête amicale aux détours des falaises abruptes nourries d’une présence renouvelée. Qui doutait que les sentiers des Hauts-de-Penrez, face à la baie des Trépassés, étaient habités ?

Lettre à l’océan
Anne-José Lemonnier

Calligrammes/Bernard Guillemot
18, rue Elie-Fréron 29200 Quimper
111 pages, 80 FF

La sente des falaises Par Erwan Le Bihan
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.
LMDA papier n°11
6.50 €