La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Un diable au paradis

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Delphine Auger

Le Moi-même

Si certains paraissent encore réticents à admettre la complaisance narcissique qui transparaît dans la majorité des écrits de Marcel Jouhandeau, voici un petit recueil qui pourrait bien leur ôter un dernier doute. Le Moi-même qui vient de paraître chez Actes Sud rassemble cinquante photographies de l’écrivain prises par Daniel Wallard à la fin des années 60 et au début des années 70.
Après Gide, Malraux et Aragon, l’auteur des Chroniques maritales et de l’Eloge de la volupté s’est livré à un jeu de miroir entre une subjectivité extérieure et la sienne qui n’est pas sans lui déplaire : « je préfère mille fois la photographie à la peinture parce qu’elle dépend de moins de parti pris. La photographie m’a toujours paru ressembler à un vol par effraction », écrit-il dans l’une des lettres adressées à Daniel Wallard et réunies à la fin de l’ouvrage. Mais peut-on encore parler d’effraction lorsque celui qui se trouve face à l’objectif se prend au jeu et accomplit un réel travail d’acteur ? Y a-t-il effraction lorsque le modèle se commente lui-même par de courts textes en faisant mine de se découvrir ou de s’expliquer ? Certes non, mais l’intérêt de cet exercice réside justement dans le dédoublement du Moi, le va-et-vient entre le bien et le mal, entre l’exaltation ou la destruction du sujet. « Dans le docteur qui enseigne, il y a toujours je ne sais (quoi) du cuistre, comme Dieu a pour ombre le Diable. Le ridicule et le sublime ont affaire ensemble, ne serait-ce que pour permettre l’antithèse ».
Ce livre réalise la synthèse des grands thèmes abordés dans l’oeuvre de Jouhandeau : Céline et Marc, ses enfants adoptifs, Elise, la danseuse Caryathis épousée en 1929 qui lui a inspiré les Chroniques maritales sur les difficultés de la vie conjugale, soi-même et Dieu, ici illustré par une photographie représentant l’auteur en Archiprêtre. Il est vrai que Jouhandeau, avant d’être professeur de lettres, se destinait à la prêtrise.
L’abstraction et la croyance mystique constituent d’ailleurs le fondement de la plupart de ses textes et, avec sa modestie habituelle, n’hésitait-il pas à écrire : « oserai-je avancer que dans la double tâche que je me suis donnée, celle d’enseigner et celle d’écrire, je n’ai cessé de me croire, consciemment ou pas, revêtu d’un caractère sacré ».

Le Moi-même
Marcel Jouhandeau

Photographies de Daniel Wallard
Actes Sud
130 pages, 98 FF

Un diable au paradis Par Delphine Auger
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.
LMDA papier n°11
6.50 €