La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ici Passy, mais passons

juin 1995 | Le Matricule des Anges n°12 | par Eric Naulleau

A sentimental journey à travers Chaillot et Passy

En attendant de savoir à quel genre littéraire encore innommé se rapporte A sentimental Journey de Lucien d’Azay, désignons-le provisoirement par Objet Textuel Non Identifié, tant ce recueil multiplie les signes extérieurs et intérieurs d’étrangeté. La notule biographique nous apprend ainsi, outre sa date de naissance, que Lucien d’Azay « vit désormais à Venise ». L’on reste quelque peu abasourdi par la teneur de cette information décisive -quand tant d’autres écrivains, moins au fait du dernier chic, se contentent banalement de mourir à Grozny, Alger ou Sarajevo.
Enluminé d’anglicismes plus ou moins gratuits (« Il est clair qu’il ne s’agissait pas, for him, de réaliser un quelconque Baedeker de Chaillot et de Passy »), incrusté de préciosités parfois véritablement bouffonnes (« …l’auguste, souveraine et farouche souplesse dont oncques ne se départent aucun de leurs gestes » - l’auteur décrit ainsi… les chats qui rôdent autour de la Cinémathèque), A sentimental Journey, sous prétexte d’une trentaine de promenades dans la partie nord du seizième arrondissement, s’avère en réalité un insupportable caquetage snobinard, digne de la chronique des potins mondains dans les revues spécialisées ou d’un Who’s who jauni.
Au gré d’une indiscutable mais fort encombrante érudition, Lucien d’Azay s’efforce plus généralement d’épaissir la sauce par d’innombrables et systématiques références littéraires et toponymiques qui flottent, tels d’indigestes grumeaux, à la surface de ce brouet d’encre diluée. Le magnétisme des appeaux sur les canards paraît inférieur à celui qu’exercent certains adjectifs sur l’auteur : « je gage que ce melting-pot à tout prendre labardien eût délecté Morand ». Au milieu de ces fanfreluches stylistiques, la culture générale ne se trouve cependant pas oubliée : l’on saura désormais que Pascal Quignard fréquente la pâtisserie Christian Constant et que « on ne peut pas dire que l’Allemagne brille par son humour ».
En manière de suivez-mon-regard, A sentimental Journey est dédié à Julien Gracq. D’évidence, le pardessus de Monsieur Poirier taille encore un peu grand pour notre flâneur des quartiers huppés.

A sentimental Journey
Lucien d’Azay

Climats (coll. Micro-climats)
120 pages, 70 FF

Ici Passy, mais passons Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°12 , juin 1995.