La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Noël tombe en décembre

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Didier Garcia

Grande Couronne

Le père Noël tira sur la nourrice, et le sang fut versé." Certains lecteurs se laisseront peut-être séduire par la première phrase de la Grande Couronne, alors qu’il conviendrait d’abandonner aussitôt la lecture d’un roman qui sombrera trop vite dans la pire banalité…
Près du pont de Tolbiac, un homme rencontre Clara, une femme peu farouche qui lui propose d’emblée de l’héberger chez ses parents. Naturellement, il s’agit d’un chômeur, et ce soir-là il pleut. L’homme rencontre bientôt Pierre, le premier amant de Clara, cependant qu’il éprouve la chaleur d’un amour que la jeune femme, soudain effarouchée, refuse de consommer. Un soir de novembre, sans doute enivrée par les joies de la patinoire et l’enchantement du cinéma à la séance de dix-huit heures, elle demande à son soupirant de réserver une chambre d’hôtel pour… le 24 décembre ! Et la veille de Noël, quand les amants se donnent enfin l’un à l’autre, Pierre tue la mère de Clara…
Avant que cette amourette ne connaisse son issue fatale, le couple virtuel traverse quelques situations passionnantes : « Nous avons dîné dans une brasserie. J’ai pris un steak tartare, Clara une omelette. Le décor était fané. Clara souhaitait finir la soirée en discothèque. Elle a prévenu ses parents. » Le lecteur retient son souffle, et bientôt, des événements hors du commun se précipitent : achat d’un 16/9e, crise cardiaque d’un chien, scène de ménage, partie de monopoly, après l’inoubliable repas dominical « salade de tomates, rôti de bœuf et pommes frites, tarte maison »… Un feu d’artifice qui s’achève dans le final éblouissant d’une promenade méridienne : « Paule, Paolo et moi sommes allés chez Ikea. Nous avons pris la Francilienne. Paolo a allumé l’autoradio » !
Il s’agit sans doute d’un roman d’un genre nouveau, qui balance entre l’indigence et l’inconsistance, et qui s’étire sur quelques pages à grand renfort de phrases sujet-verbe-complément unique. À moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle avant-garde… Quoi qu’il en soit, une première publication sans éclat.

Grande Couronne
Pascal Licari

P.O.L
105 pages, 65 FF

Noël tombe en décembre Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4,00 €