La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Savoir être lent

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par François Boddaert

La Journée d’Alexandre Hollan

Depuis 1987, le peintre Hollan et le poète Bonnefoy se sont rencontrés dans des livres en commun. Ici, leur collaboration prend une tournure différente car le poète se fait l’amical et minutieux scrutateur du travail du peintre auquel il rend hommage par un texte à la fois dense et agile. L’absence de pesanteur, d’évidences pompeuses de l’œuvre de Hollan aide sans doute Yves Bonnefoy à pénétrer l’univers vibratoire des fusains, des aquarelles et des lavis qui sont les matériaux essentiels du peintre (mais l’acrylique est parfois présente). S’il a choisi une manière d’analyse chronologique distendue, c’est pour mieux envisager la montée vers la maturité. Chez Hollan, elle ne s’acquiert pas au prix d’un dépouillement du sujet ou de la technique picturale : la reproduction d’œuvres antérieures aux années 1980 montre assez l’ascétisme du peintre quant à ces questions. Ce que Bonnefoy envisage sous l’angle de la quête mystique : « Et on sent bien que le grand désir de ce peintre un peu, je l’ai déjà dit, cistercien, c’est d’atteindre à une »vibration« qui serait proche de la monochromie ». Et de parler alors de « lumière métaphysique » et de la « traversée de l’apparence » à quoi tend Hollan. Outre que cela doit être la préoccupation même d’un peintre (hormis peut-être pour les hyperréalistes), il semble que l’analyse du poète s’affine et précise la posture du peintre lorsqu’il pressent que la singularité de Hollan tient d’abord à la « sympathie » qu’il entretient avec les objets picturaux. Née de la solitude, de la contemplation et de la recherche d’un dialogue avec ces différents états de la matière, cette volonté d’osmose semble bien la marque de ce peintre. Les lavis et fusains d’arbres, les aquarelles de natures mortes (que Hollan translittère justement en « vie silencieuse ») sont les traces testimoniales de cette coïncidence, de cette adéquation entre le regard, la pensée du regard et l’objet qui les suscite. Et tout cela dans la lenteur : "L’être naturel a une indole

* Derniers ouvrages parus :Flanc de la servitude et Melven, Roc des chevaux (tous deux au Temps qu’il fait, 1995)
La Journée d’Alexandre Hollan
d’Yves Bonnefoy

Le Temps qu’il fait
92 pages, 130 FF

Savoir être lent Par François Boddaert
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4.00 €