La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Chroniques de l’oiseau

février 1996 | Le Matricule des Anges n°15 | par Didier Garcia

La chauve-souris se marie à deux ans. Elle est impropre au labour et au trait. Si on désire la conserver, il ne faut pas faire bouillir son crâne, mais la laisser macérer dans l’eau tiède et en jeter les poux dans l’alcool« . Et plus loin, sur cet »oiseau de Mars« nous apprenons encore qu’à cause de ses mamelles pectorales elle ressemble »à la marquise de Pompadour" !
C’est du Vialatte. Non pas le Vialatte (1901-1971) traducteur de Kafka, ni le romancier des Fruits du Congo (1951), mais celui des chroniques données au journal La Montagne de 1953 à 1970, et parmi les meilleures celles des Dernières Nouvelles de l’homme, ou de Et c’est ainsi qu’Allah est grand (compilations posthumes parues chez Julliard respectivement en 1978 et 1979).
Ici, dans ces chroniques confiées aux Arts ménagers de janvier 1968 à janvier 1969, l’argument pourrait se réduire à peu près à ceci : il s’agit pour chaque mois de l’année d’épingler un oiseau à son tableau de chasse et de décrire par ce biais la nature de l’homme, sur un ton qui mêle humour, dérision et ironie.
Mais ce sont évidemment de drôles d’oiseaux que Vialatte intercepte dans leur vol : aux conventionnels pic-vert et corbeau (il « mange les morts, il vit cent ans et il sait compter jusqu’à 7 ») il associe l’Auvergnat, que l’on « apprivoise avec du lard », la sorcière, le bœuf, l’homo-simplex, et le loup. Des volatiles, naturellement, que certains ornitologues contestent, ne pouvant accepter « qu’un animal vienne contrarier des idées reçues acquises au prix de diplômes coûteux ».
Le problème avec Vialatte demeure précisément ces compilations posthumes qui privent chaque chronique de la saveur insolite que lui conférait sa publication isolée. Et les illustrations d’Albert Lemant, trop sombres pour ces propos qui entendent confondre l’esprit surtout par leur manque apparent de gravité, ne changent rien à la facture de ce recueil, dont la lecture, il faut bien l’avouer, s’avère véritablement laborieuse.

L’Oiseau du mois
Alexandre Vialatte

Le Dilettante
108 pages, 79 FF

Chroniques de l’oiseau Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°15 , février 1996.
LMDA PDF n°15
4.00 €