La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Comme des oiseaux

septembre 1996 | Le Matricule des Anges n°17 | par Xavier Person

Quoi qu’elle en dise, un roman de Marie Ndiaye a toujours un peu quelque chose d’une rédaction de bon élève, de très bon élève. Clarté dans la narration. Syntaxe impeccable. C’est net et précis. Pas d’emballements lyriques. Pas de littérature, oserait-on dire (c’est ici un compliment). La Sorcière, son sixième livre, est un exemple de cette redoutable efficacité. Dans le triste pavillon de banlieue où elle vit avec son aussi triste mari et ses deux filles, Lucie entreprend de transmettre son modeste talent de sorcière à ces dernières. Mais, en cela semblable aux protagonistes des précédents romans, cette terne sorcière va ensuite se donner un but qui mobilisera toute son énergie. De la réconciliation de ses parents désunis, il semble en effet dépendre son bonheur. Et son malheur.
Roman du déliement familial, La Sorcière ne bascule parfois dans le surnaturel, avec légèreté, avec naturel faudrait-il dire, que pour mieux décrire une certaine irréalité de ce monde où nous vivons. L’exagération légèrement parodique, l’irruption soudaine du fantastique et son aussi soudaine disparition ne nous disent finalement qu’une seule chose : notre vie n’aura été qu’un rêve assez étrange, ordinaire dans son étrangeté même. La meilleure preuve en est cette facilité avec laquelle, dans ce livre comme dans nos existences éphémères, nous nous métamorphosons en oiseau ou en escargot, selon que nous ayions été légers ou lourds.
X. P.

Comme des oiseaux Par Xavier Person
Le Matricule des Anges n°17 , septembre 1996.
LMDA PDF n°17
4.00 €