La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Après la chute

janvier 1998 | Le Matricule des Anges n°22 | par Marc Blanchet

Rien simple ou pur

Les Douze Questions de mendicité

Pour parler de la poésie de Patrick Wateau, il faudrait raconter une histoire bien connue, à laquelle nous ne refuserons pas de croire : à l’origine, notre monde n’était qu’harmonie, nature et pensée s’y accordaient parfaitement, et toute parole prononcée se coulait dans ce règne de beauté et d’innocence. Vint la suite de l’histoire tout aussi connue : celle de la chute, du déclin de l’homme, mais surtout, dans ce qui a survécu, d’une parole jadis ancrée dans la pureté et maintenant blessée, cassée, incertaine dans la moindre métaphore qu’elle tente de créer, déchirée dans ce qu’elle souhaite prononcer. « Nihil et pour néant/ choses légères privées de nom/ ou le nom est privé/ mais nul ne peut apprendre davantage », écrit Patrick Wateau dans Rien simple ou pur, un recueil dont le titre énigmatique laisse percevoir, au côté des Douze questions de mendicité, une inspiration religieuse et tourmentée. Cette poésie pose d’emblée le désir de s’incarner alors que la parole qui pourrait aider à cette incarnation n’est que miettes et lambeaux. Cette langue souvent aride s’articule comme une marionnette tentant de rassembler ses membres, ne sachant jamais si elle parviendra à son but. Le rythme donné aux vers, cet entrechoquement incessant crée une musicalité rare dans la poésie française qu’on peut rapprocher de certaines musiques contemporaines. Des mélodies sourdent dans ces deux ouvrages, des chants que le langage dans son impossible réconciliation avec le monde tente d’atteindre : « Les mûres des ronces/ peaux mortes de la tête.// Les petites marguerites des champs,/ Dieu, miel et mie/ de pain ;/ d’autres disent qu’on le trouve rongé,/ la mie de pain en miettes.// Ou mal des tranches crues de viande,/ les épaules trouées,/ mâchées à jeun/ sur le clou de la faim. » Ces qualités nous rendent précieux cet écrivain pour de prochains rendez-vous. Là aussi, on attend la suite de l’histoire.

Patrick Wateau
Rien simple ou pur
et
Les Douze Questions de mendicité
Éditions Unes
Non paginés, 78 FF et 69 FF

Après la chute Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°22 , janvier 1998.
LMDA PDF n°22
4.00 €