La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Presque l’air de rien

août 1999 | Le Matricule des Anges n°27 | par Christophe Dabitch

Après dissipation des brumes matinales

Les nouvelles de Jean-Pierre Cescosse, qui s’apparentent à des chroniques, sonnent juste. Avec ces récits d’instants ou ces nouvelles plus thématiques, ce jeune écrivain qui a publié chez le même éditeur Rimbaud et le CAC 40 ne s’encombre pas de superflu. « Dans la vie, en général, on ignore les vaches. On a tort. On ne prête attention à ces bêtes que lorsqu’elles sont prises d’encéphalopathie spongiforme, car on les mange et on l’attrape. J’ai eu un copain qui a aimé une vache ; oui, la femelle du taureau ; le mammifère au pis. Je vous rapporte les faits. » Ce léger décalage initial que l’on retrouve dans d’autres nouvelles ne présage en rien de l’évolution de Vache sans suite qui ne sera en aucun cas fantastico-poétique mais au contraire absolument réaliste. Comme dans Concasseur, nouvelle pour laquelle on imagine d’abord un récit disons plus symbolique : « Au début de l’hiver, cette année-là, le père d’Antoine Freming était passé dans le concasseur. A la sortie il mesurait soixante centimètres. Un amas de chairs et d’os broyés : désormais, c’était ça, le père d’Antoine Freming ». En l’occurrence, on plonge dans la réalité sociale engendrée par le travail dans une usine produisant de la chaux, avec ses conflits sociaux et les répercussions lointaines d’un accident. Chômage, vieillesse, fausse-couche…, Jean-Pierre Cescosse égrène les sujets douloureux avec une justesse de trait qui colle à la réalité tout en conservant une légère distance plus pudique qu’ironique. Cet auteur combine parfaitement la précision et le « survol » propre à la nouvelle, on attend la suite.

Après dissipation
des brumes matinales
Jean-Pierre Cescosse

Le Dilettante
102 pages, 79 FF

Presque l’air de rien Par Christophe Dabitch
Le Matricule des Anges n°27 , août 1999.
LMDA papier n°27
6.50 €
LMDA PDF n°27
4.00 €