La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Poésie du cadavre

août 1999 | Le Matricule des Anges n°27 | par Xavier Person

Par argument de mort

Se plaçant face à l’insoutenable, la poésie de Patrick Wateau s’écrit dans une manière d’exténuation du langage, dans une radicalité qui cependant n’empêche pas un certain baroquisme, une certaine complaisance pour la putréfaction des chairs et les troubles flatulences des dépouilles.
Par argument de mort nous propose une peu réjouissante exploration du cadavre. De très courts textes assez contournés, pour ne pas dire maniérés, nous livrent les plus répugnants morceaux d’une sordide dissection à quoi se livre l’écriture : « Rudiment des narines,/ ce blanc verdâtre dont l’intérieur se fronce ».
Lieu commun de l’esthétique baroque, l’argument de la mort ne lasse pas d’être convaincant cependant. Prenant « la dureté comme unité de mesure », la langue s’opacifie, dans une torsion sur elle-même se ferme, finissant par ne plus tendre que vers son propre échec, vers sa décomposition : « Parole en pus,/ roue des déclinaisons./ La fosse à chaux de la grammaire ». Parsemant un texte qui le plus souvent fonctionne sur le mode négatif, ou négateur, en ce que du cadavre il ne montre rien que des « profils partout/ à chaque angle », quelques néologismes viennent boucler la boucle de l’incommunicable - « putrilage », par exemple, ou « cadavérine ».
Paraissant simultanément, Le Non-dormir nous place face à l’insomnie dans l’étonnement de ce qui d’ordinaire laisse sans voix, « le sommeil hors de nous et la veille hors de nous ».
Dans un état semblablement insoutenable. Au cœur de cette « dénudation » à quoi aboutit la poésie de Patrick Wateau. En d’oppressantes formulations : « Obscur, nul des obscurs ne l’est plus que le sperme ».

A signaler aussi, la parution d’un essai : Minerve, José Corti, 126 pages, 95 FF

Patrick Wateau
Par argument de mort

et Le Non-dormir
Éditions Unes
56 et 41 pages, 81 et 75 FF

Poésie du cadavre Par Xavier Person
Le Matricule des Anges n°27 , août 1999.
LMDA papier n°27
6.50 €
LMDA PDF n°27
4.00 €