La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Roman triste

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Gilles Magniont

À lire Warum, on saisit vite ce que Pierre Bourgeade a refusé d’écrire : une intrigue linéaire, une morale convenable, un roman qui s’affiche clairement comme tel. Il y aura donc ici du sexe très cru -mieux encore : de « l’obscène »-, l’entrelacement compliqué de diverses historiettes, et les métamorphoses d’une première personne incertaine (je, il, Pierre). Autant dire que l’œuvre évolue dans les eaux tièdes, parfois glauques, de l’autofiction.
Le hic, c’est que cette modernité générique ne recule pas forcément les frontières du dicible. Distingués érotomanes sur le retour, étudiantes complaisantes mais lointaines, noblesse fin de siècle batifolant dans une orgie de poncifs, religieuse défroquée recherchant l’absolu dans la prostitution, énièmes développements sur l’usure du sexe masculin…. Rien de très neuf pour dire le mystère de la vie (Warum ? répétait sans fin une étudiante allemande) et la nécessité cruelle de la jouissance (Pierre aimait à trousser l’étudiante). Le livre tombe même des mains lorsque le narrateur, entre un colloque sur l’érotisme et un rendez-vous avec l’avant-garde des théâtreux new-yorkais, se la joue tour à tour S.A.S. libertaire et théoricien hard de la littérature : « C’était l’heure du thé, elle se roulait un joint. (…) Elle portait une sorte de grande robe nègre, en coton blanc, et j’étais nu, assis sur un tas de vieux journaux » ; « La nature du roman, c’est l’absence. La nature du roman fuit sans doute l’esprit de celui qui écrit le roman comme la femme sous ses doigts, comme le mot qu’on ne peut réussir à trouver ».
Clichés vaguement seventies, assertions convenues, un peu de tout, pas du tout convaincant, pas franchement honteux : tristounet.

Warum
Pierre Bourgeade

Tristram
235 pages, 100 FF

Roman triste Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.