La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La Langue

septembre 2000 | Le Matricule des Anges n°32 | par Thierry Guichard

Dans un bistrot où personne n’entre, elle est serveuse. Lui, un intellectuel qui fuit ici un amour perdu. S’il la regarde comme une Emma Bovary, il se voit comme un Don Quichotte et les moulins contre lesquels il se bat parlent mal dans le poste de la radio. Les mots les rapprochent. Lui veut l’emporter dans un univers à la Lewis Carroll pour grande fille (on l’imagine, elle, dans la tenue demi-deuil des serveuses). Il lui cite Lautréamont, elle lui parle de son enfance à la campagne : « On aurait dit qu’on cultivait la pluie. » La langue des médias, celle des « nouveaux maîtres » essaie d’interférer. Cette pièce radiophonique est un rêve d’écrivain : grâce aux mots, changer le monde. Sinon celui de tous (on a fait le deuil de cela) du moins celui d’un(e).
En épilogue, on lira Mal placé, déplacé écrit pour une conférence sur « le français et le cosmopolitisme ». On ne sort pas du sujet : la langue qui pour peu qu’on la souhaite vivante nous place en exil de nous-mêmes. En évoquant Armand Robin qui passait ses nuits à écouter les radios étrangères, Rolin donne un dernier écho à la pièce.

Verdier
89 pages, 58 FF

La Langue Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°32 , septembre 2000.