La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Chemins intimes

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Thierry Guichard

Une théorie d’écrivains

Dans le sillage de son premier roman, Le Vol du pigeon voyageur (Gallimard, 2000), Christian Garcin continue d’arpenter la Chine. Cette fois, il le fait dans une forme qui lui convient mieux : celle des proses courtes et léchées qu’il pratique depuis Vidas (Gallimard, 1993). Les textes d’Itinéraire chinois tracent la carte d’un continent aussi intime et mythique que réel et trivial. La Chine est d’abord le lieu où, pour l’écrivain, « l’adéquation entre moi et moi serait enfin trouvée, et atteinte cette conscience aiguë, plus haute -mais illusoire sans doute - du monde ». Voyager avec Garcin en Chine (et un peu en Inde), c’est apprendre à accepter le mystère sans chercher à le résoudre (le livre est sous-titré Une énigme), c’est comprendre enfin « que nous ne pouvons que refermer nos bras sur l’absence qui nous isole les uns des autres ».
Son regard est sans jugement : il n’est fait que de points d’interrogation. L’ouvrage s’achève par un épisode initiatique suspendu entre réalité et fiction. Et l’écrivain de dire à propos de ce lieu de toute adéquation qu’il recherche comme s’il y avait rendez-vous avec lui-même : « En somme, il s’agirait d’une fiction ».
Mais les fictions de cet homme ne sont jamais seulement des fictions, et ses textes courts sont plus longs qu’il ne paraît. Une théorie d’écrivains le montre. Vingt fois, un narrateur anonyme nous raconte un moment précis dans la vie d’un ami écrivain qui est ou deviendra célèbre. Une de ces courtes nouvelles commence ainsi : « C’est pourtant simple, m’a dit William Faulkner hier soir ». Une autre par : « Je me suis tout de suite rendu compte que Sadegh Heddayat ne m’avait pas vu entrer ». Ici on croisera Kafka « recroquevillé dans son pardessus », là Mishima à la barre fixe, ailleurs Hemingway ou Celan. Récits courts et inventés où pourtant se fait jour le destin de chaque écrivain, sa langue aussi et le rapport d’intimité entre le lecteur Garcin et ses maîtres. Car, comme il l’écrit pour Stendhal : « ses livres (parviennent) à susciter un sentiment complexe qui pourrait bien, au bout du compte, être de l’amour. »

CHRISTIAN GARCIN
ITINÉRAIRE CHINOIS
L’Escampette
122 pages, 89 FF (13,57 o)
UNE THÉORIE D’ÉCRIVAINS
Théodore Balmoral
105 pages, 85 FF (12,96 o)

Chemins intimes Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4.00 €