La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Kourkov tourne Kazakh

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Eric Naulleau

À l’est, du nouveau -voici venu le temps des écrivains roublards, c’est-à-dire des astucieux manieurs de plume bien décidés à encaisser au passage un solide paquet de roubles. Andreï Kourkov satisfait pleinement à cette double définition : son premier livre traduit en français (Le Pingouin, Liana Levi, 2000), roman policier de fort habile facture, lui a valu une notoriété internationale. Le Caméléon semble tout d’abord directement inspiré de son prédécesseur : un banal citoyen ukrainien se trouve embringué dans une intrigue criminelle saupoudrée d’éléments littéraires (des notices nécrologiques dans le premier cas, un mystérieux manuscrit dans le second), ce dont profite l’auteur pour brosser le tableau d’un pays en proie aux affres du post-communisme. Si ce n’est qu’au bout d’une cinquantaine de pages, le récit emprunte la principale faculté de son totem reptilien et à la faveur d’une (très) longue traversée du désert kazakh, n’en finit plus de passer d’un genre à l’autre, du roman d’espionnage au conte oriental, de L’Île au trésor à Un taxi pour Tobrouk, de la parabole initiatique au document journalistique. Entre deux bâillements, le lecteur voit parfois brièvement apparaître le mirage d’un livre, mais revient bien vite de son illusion. Que Kourkov tire à la ligne, en appelle à une philosophie simplette, une fraternité « russo-ukraino-kazakhe » à la guimauve et des procédés textuels d’une confondante naïveté, n’est pas le plus grave. Certaines considérations sur l’esprit national ukrainien (lequel, qu’on se le dise, embaumerait la cannelle et imprègnerait tout endroit du globe où un fils de Kiev laisse tomber son sperme !) inquiètent bien davantage. Attendons une troisi&egra

Le Caméléon
Andreï Kourkov
Traduit du russe par
Christine Zeytounian-Beloüs
Liana Levi
288 pages, 120 FF (18,30 o)

Kourkov tourne Kazakh Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4,00 €