La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger À la campagne

mars 2002 | Le Matricule des Anges n°38 | par Benoît Broyart

Timothy Findley et Bill Whitehead, son compagnon, la trentaine venue, décident d’abandonner leurs carrières d’acteurs de théâtre pour se consacrer à l’écriture. Le premier devient l’un des plus grands romanciers canadiens tandis que le second fait carrière dans l’écriture de scénarios de documentaires. Le Verger de pierres raconte leur arrivée puis ce que fut leur vie quotidienne à Stone Orchard, propriété de campagne où Findley a écrit un grand nombre de ses romans.
Dans Le Verger de pierres, l’écrivain canadien s’affranchit de façon originale de la tentation autobiographique, car au fond, il ne permet jamais au lecteur d’accéder à son intimité et parle peu de son travail d’écriture. Les signes ou les ponts qui mènent à ses romans sont rares, même si Findley écrit : « Les murs de cette maison ont été témoins de presque toute mon activité d’écrivain. »
Il s’agit plutôt de partager le quotidien d’un couple de citadins qui a inventé, en trente ans, son art de vivre à la campagne. On est loin de trouver la force d’évocation présente dans les romans de Findley (cf. MdA No34). Les recettes de cuisine voisinent ici avec l’évocation des amis de passage, des animaux de compagnie qui ont partagé la vie du couple.
Le sens de l’observation de l’auteur ainsi que sa fascination pour la part de magie et les signes qui jalonnent l’existence donnent son sens à un texte très empreint de nostalgie. Ceux qui ne seraient pas encore familiers de l’oeuvre du Canadien iront plutôt voir du côté du Chasseur de têtes ou de La Fille de l’homme au piano, récemment édités en format de poche (Folio).

Le Verger de pierres
Timothy Findley
Traduit de l’anglais (canadien)
par Nésida Loyer
Le Serpent à plumes
224 pages, 19 (124,63 FF)

À la campagne Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°38 , mars 2002.
LMDA PDF n°38
4.00 €