La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Bibere et persevere

janvier 2004 | Le Matricule des Anges n°49 | par Éric Dussert

Propos d’ivrogne (suivi de) Serrements d’amour

Jacques Busse fait partie des auteurs parcimonieux dont un seul livre dit le talent avec assez de force pour qu’il ne leur soit pas nécessaire d’en ajouter. On pense à Marcel Lévy (Ma vie et moi), à Jacques Besse (ne pas confondre ! La Grande Pâque)… Propos d’ivrogne est de ceux-là : goûteux, brillant, unique. Une première édition en avait vu le jour en 1998 lorsque les éditions Obsidiane, « Propriétaire-récoltant depuis 1978 », fêtaient leur anniversaire. Depuis, le bouche-à-oreille avait rempli son office en vidant les flacons. Il était temps de rendre vie aux brillants textes courts du sage Busse.
Destiné à ceux qui en méritaient les leçons (ils se sont avérés nombreux), l’opusculet initial s’est vu adjoindre une lettre félicitatoire de Raymond Queneau et les Serrements d’amour qui débouchant sur la mort bouclent la course des jours selon Jacques Busse. Celui-ci parle en philosophe qui s’interroge sur les vertus du vin et ses rapports avec l’humanisme : « Boire seul est un plaisir raffiné, réservé aux vrais amateurs de saoulerie. Autant boire en société est facile et même quasiment obligatoire, ne serait-ce que pour en supporter la compagnie, (…) Se saouler, c’est toujours s’isoler. » Bel esprit, Jacques Busse dispense un sourire malicieux qui donne un sel fou à ses pensées sans illusion, ravageuses lorsqu’elles portent sur les choses du cœur : « On peut tout faire avec passion, sauf l’amour. » Boire ou aimer, faut-il choisir ?

Propos d’ivrogne suivi de Serrements d’amour de Jacques Busse
Obsidiane, 78 pages, 12

Bibere et persevere Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°49 , janvier 2004.
LMDA PDF n°49
4.00 €