La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Comédie de mœurs au Caire

avril 2004 | Le Matricule des Anges n°52 | par Ludovic Bablon

Les Fainéants dans la vallée fertile

Le père Hafez, ses trois fils, son frère, une servante, une prostituée, une entremetteuse, les personnages de cette comédie en trois actes, Les Fainéants dans la vallée fertile, adaptation du roman du même nom, ne font rien, rien, rien, à part palabrer, se pavaner et s’affronter. Pour s’occuper, on complote un mariage ridicule, dont les vaines péripéties alimenteront une parlote sarcastique permanente et crescendo où s’entremêlent méchanceté et paresse, vice et hargne. « Je suis fait pour dormir et vivre dans un coin, loin des hommes. Écoute, Imtissal, j’ai peur des hommes. Ce sont tous des criminels qui veulent toujours faire travailler les autres. (…) Quand j’étudiais pour être ingénieur, on nous a fait visiter des usines. C’étaient de grands bâtiments d’aspect sinistre, j’y ai passé les moments les plus pénibles de ma vie. J’ai vu les hommes qui travaillaient dans ces usines, ce n’étaient déjà plus des hommes. Ils portaient le désespoir inscrit sur leurs visages. Si j’ai abandonné mes études, c’est uniquement pour ne pas devenir le chef de cette horde d’agonisants. » Les savoureux portraits et quelques piques politiques (« Le gouvernement (…) aime le silence. Le silence de tout un peuple est pour lui le gage d’une parfaite soumission »), font de la pièce une comédie de mœurs au vitriol, drôle, épineuse, agréable à lire, mais finalement un peu légère. Albert Cossery, écrivain égyptien de langue française, a reçu en 1990 le Grand Prix de la Francophonie pour l’ensemble de son œuvre.

Les Fainéants dans la vallée fertile
de Albert Cossery
Éditions Joëlle Losfeld, 121 pages, 10,5

Comédie de mœurs au Caire Par Ludovic Bablon
Le Matricule des Anges n°52 , avril 2004.
LMDA papier n°52
6,00 €
LMDA PDF n°52
4,00 €