La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Éclats de brûlure

avril 2004 | Le Matricule des Anges n°52 | par Richard Blin

La Voix de l’attention

Connu et reconnu pour l’extrême condensation elliptique de ses images, Miguel Suárez est l’un des principaux poètes espagnols contemporains. Il publie depuis 1986. Ce que rythment les textes de La Voix de l’attention, c’est une manière d’être là, de s’ouvrir à un lieu, à une saison, à un moment, à l’autre. Textes courts à peine quelques paragraphes pour refléter, de la réalité, l’étoilement, les tensions ou les forces qui s’y conjuguent. Une prose d’éveil qui traduit une sorte de relation purifiée au réel, concentre des présences, articule l’événement au sens de ce qu’il y a plus que de ce qui surgit à la respiration du monde et au sentiment d’être. « Fermes chaulées. C’est important pour le dégel se dit-il le son d’un marteau sous les hautes cimes, dans le soir ébahi. Et le chant d’un oiseau. Qu’on pourrait étouffer d’une seule main ».
Une parole qui garde quelque chose de la nudité de l’inaugural et du mouvement de l’avancée de la marche, tout en maintenant vivant le point de vibration extrême d’un certain nombre de coexistences ou de coïncidences. « La vie. La vie comme une présence. Où s’unissent les vies. Mousse autour de l’écorce, rameau dans le givre./ Ainsi sera toute réunion. La voix cassée, tu souriras. Sans encoches ton bâton. Corbeaux et cygnes, et mélodies, plus loin, et dans le frisson d’aujourd’hui./ Fais valser, le chœur c’est la lumière. Crible le fémur de la langueur, la bouche muette et son sanglot. Entretiens le feu. »
Une écriture paradoxale comme l’existence, fragmentaire aussi comme peut l’être notre perception de l’espace.

La Voix de l’attention de Miguel Suárez
Traduit de l’espagnol par M. Joulia & Jean-Yves Bériou, Antoine Soriano Éditeur (127, rue de la Glacière 75013 Paris), 128 pages, 20

Éclats de brûlure Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°52 , avril 2004.
LMDA papier n°52
6.50 €
LMDA PDF n°52
4.00 €