La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Réouvrir les yeux

septembre 2004 | Le Matricule des Anges n°56 | par Richard Blin

On pourrait dire de la poésie d’Alain Suied (né à Tunis, en 1951, et traducteur de Dylan Thomas, Ezra Pound, William Blake…) qu’elle est de celle qui sorte du livre tant elle invite à s’écarter des chemins tout tracés. Après La Lumière de l’origine (1988), ou encore Le Champ de gravité (2002), voici L’Éveillée, dédié à sa mère. Des pages de deuil et de recommencement, d’écoute et de consentement. Adieu à la mère, à l’enfance et à tout ce substrat émotionnel qu’on devine cependant toujours en filigrane du regard que nous ouvrons sur le monde, l’ensemble du recueil semble rayonner à partir de ce point de vacuité absolu, autour de ce silence, de cette absence et de cette perte, à la fascination desquelles il faut échapper. « Regarde-nous, poussière/ de tes yeux d’éveillée ! (…) Dis-nous que la souffrance/ n’est pas une défaite/ mais le dernier seuil de l’amour./ Souffle sur nos yeux/ la poussière magique/ de l’oubli // comme/ une fée dans les contes/ de l’enfance répand vraiment/ le miracle du sommeil. »
Une poésie de la pensée vivante, du langage en mouvement, de l’être toujours en devenir. Une poésie qui traverse les apparences, accepte des moments de pure négation, mais surtout interroge, fait du « pourquoi ? » l’une des modalités fondamentales de l’être-homme. C’est une flamme de désir qui porte l’écriture d’Alain Suied vers « l’aurore de la parole vraie », vers la lisière de l’innocence « le dernier continent inexploré » ou vers l’inatteignable : « tel est le visage./ Et comme l’horizon, il brille/ presque dénué de sens/ nu, premier, natal ».

L’Éveillée de Alain Suied
Arfuyen, 135 pages, 13,5

Réouvrir les yeux Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°56 , septembre 2004.
LMDA papier n°56
6,00 €
LMDA PDF n°56
4,00 €