La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie My favorite things

septembre 2004 | Le Matricule des Anges n°56 | par Emmanuel Laugier

Avec Free jazz, son nouveau livre, Jean-Claude Pinson, comme déjà avec Fado (avec flocons et fantômes), déjante sa propre écriture en la faisant sortir de son moyeu. Ce livre, où l’autobiographie se mêle nerveusement de poétique, retrace les expériences centrales qui ponctuent la vie de J.C. comme l’auteur aime à s’interpeller tout au long de ses pages (les chantiers d’alphabétisation à Saint-Nazaire, l’enseignement en zone industrielle, le maoïsme, Nantes, etc.) dont cette passion d’adolescence pour le jazz et les mondes sensibles qu’il ouvre. Question d’oreille, question aussi de pulsation, de syncopes justement inouïes. Aussi, Jean-Claude Pinson ouvre Free jazz par sa date de naissance (« 1959, quand il (J.C.) commence à graver plage sur plage pour la marque Atlantic ») et place en tête de son premier chapitre le nom du label (Atlantic) qui fit paraître l’album mythique Free jazz d’Ornette Coleman en 1960. La table du livre est en effet précédée d’une présentation du personnel : éléments migrateurs revigorants, figures amies, fantômes, flocons de silhouettes poétiques, drôles d’oiseaux. Chaque chapitre entremêle les compagnons de route, les saxophonistes John Coltrane, Sonny Rollins, Albert Ayler, Archie Shepp aux sons stridents de son ténor, Ornette bien sûr, Elvin Jones et ses baguettes magiques, mais aussi, hybrides reconnus : à la voix Charlie Beaudelaire, à la guitare Fernando Psoa, à la clarinette Wittgenstein et, modestement, J.C. se place au synthétiseur et à l’arrangement. Voilà pour la clique. Free jazz emprunte au free sa liberté joueuse, sa rigueur, il mixe des vers nerveux à des doses de prose générale en continue, parodie parfois le poète Dominique Fourcade, hachure son texte de parenthèses volantes en signes d’oiseaux dans le ciel, salue Leopardi par un amical « Giacomo », puis campe, dans ses « Remarques mêlées sur l’effet-cabane », Ornette en Scandinavie. Why not. La suite est toute dans Free jazz, dans le vol de sa danse effrénée. Superbement conduit.

Free jazz
Jean-Claude Pinson
Éditions Joca Seria
144 pages, 15

My favorite things Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°56 , septembre 2004.
LMDA papier n°56
6.50 €
LMDA PDF n°56
4.00 €