La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Gilles Ortlieb
Il voyage en solitaire

novembre 2004 | Le Matricule des Anges n°58 | par Thierry Guichard

Français né au Maroc et vivant au Luxembourg, polyglotte partagé entre l’Hexagone et la Grèce, Gilles Ortlieb trouve dans la prise de notes et l’écriture de poésie, un ancrage pour tenter de fixer son errance intérieure. Et porter une lumière oblique sur les êtres et les choses solitaires et humbles.Visite en sa compagnie des friches industrielles et humaines.

Il doit avoir une dizaine d’années, le gamin qui glisse sur ses rollers, la crosse de hockey à la main. Il désigne le grand vélo luxembourgeois appuyé contre un mur du marché d’Aligre. Il voudrait qu’on le pousse. Ses copains font glisser le palais de plastique sur le sol luisant de pluie. Il y a ce type, écharpe noire autour du cou, figé contre le mur comme si le photographe qui le visait était tout un peloton d’exécution. Le gamin insiste : « Monsieur, s’il vous plaît ». C’est visible pourtant que le type et son vélo se sont posés exactement à l’emplacement imaginaire des buts de hockey. Gilles Ortlieb sourit en guise d’excuse, dès que le photographe en aura fini, ça ne saurait tarder, il libérera les buts et la partie dominicale de hockey sur goudron pourra commencer.
L’écrivain Christian Garcin nous accompagne. Il a dormi dans le minuscule pied-à-terre que Gilles Ortlieb possède non loin. Deux minuscules studios rassemblés par la destruction d’une cloison, au bout d’un escalier lépreux. L’endroit ressemble à un appartement d’étudiant célibataire : matelas jeté à terre, téléviseur posé au sol et quelques livres sur une étagère. C’est ici que le poète et prosateur, né au Maroc en 1953, vient se réfugier quand il quitte le Luxembourg pour Paris où il aime retrouver quelques amis écrivains qui lui font comme une famille.
Il nous a prévenus. Un dossier sur son travail, c’est un peu démesuré. Une page à la limite et si on pouvait éviter de faire des photos ? Si on ne l’avait pas lu, on penserait à une coquetterie, l’attendue fausse modestie du type flatté, malgré tout. Mais on a lu ses livres, bouts de récits recueillis sur des carnets de poche, notes volées au quotidien, poèmes arrachés à des chambres d’hôtel d’où l’on entend tousser le voisin. C’est une œuvre menacée par ses propres galeries souterraines. On n’a pas encore exactement cette image. Elle viendra le lendemain, lorsqu’à bord de sa Lada verte, l’écrivain nous conduira à Moyeuvre, dans cette vallée lorraine de la Fensch où des maisons bâties sur les galeries d’anciennes mines abandonnées se sont écroulées. Rayées de la carte après que leurs occupants ont perdu aussi leur boulot.
Pour l’heure, avant de prendre avec l’écrivain le train pour Luxembourg, on verrait ses livres comme des vade-mecum du voyageur. Qu’ils évoquent Budapest, le Mexique, Bruxelles, le Portugal ou Marseille, ils nous font voir le monde par d’infimes détails, ils nous apprennent à nous arrêter. Et puis, aussi, d’une certaine manière, ils nous consolent de savoir qu’il existe encore des personnes pour révéler la beauté de ce qu’on n’a même plus l’idée de considérer. À commencer par les hommes eux-mêmes, silhouettes aperçues ici, vieille dame croisée dans un train ou même ce « cochon mort, au ventre mou d’où s’échappait une large virgule de sang » (Gibraltar du Nord) rencontré dans les années 70 au Mexique.
Gilles Ortlieb ramène de ses voyages des rencontres impromptues, des détails infimes...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°58
6.50 €
LMDA PDF n°58
4.00 €