La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Gilles Ortlieb
La littérature à l’épaule

novembre 2004 | Le Matricule des Anges n°58 | par Thierry Guichard

Touché par « la solitude des choses élémentaires », Gilles Ortlieb pose sur le monde un regard que l’écriture aiguise. Ses poèmes et ses récits tracent une carte sensible de ses voyages où la traque des détails ressemble à une quête sans espoir, mais non sans tendresse, d’une fraternité de souche. Quitte à s’avancer nu et dérisoire.

Dans sa façon de répondre aux questions, Gilles Ortlieb met une énergie considérable à tenter de s’effacer. Le « on » ou le « tu » viennent remplacer le « je » définitivement exilé de la discussion. Pour parler de ses propres textes, le lexique se fait volontiers péjoratif et ce sont « choses » ou « trucs » qui viennent masquer ce que l’écriture suppose de travail, de style et d’éthique. Un verre de Cardhu à la main, l’écrivain se prête toutefois à un exercice qui l’embarrasse, laissant ses phrases se poursuivre par des mouvements des mains et des bras qu’il faut tenter de déchiffrer. C’est le voyeur pris au piège d’être vu à son tour…

Gilles Ortlieb, dans tout ce que vous avez écrit, existe-t-il une part de fiction ?
De la fiction pure non. Il y a un substrat autobiographique automatique. Ce sont des choses qui me sont arrivées que j’écris. Ensuite, tout est dans la façon de les mettre en place. Les phrases rapportées, les objets vus, décrits, les moments dans les hôtels, ce sont des choses qui se sont produites. J’ai une espèce de daltonisme de l’imagination. Je ne bâtis aucune construction à partir de l’imagination pure. S’il n’y a pas une base de véracité, ça ne marche pas.

Dans Sept Petites Études, vous citez Henri Thomas pour évoquer sa démarche d’écriture : « Composer avec les détails plus ou moins exacts un ensemble qui ne l’est pas du tout, une histoire inconnue, un portrait sans modèle… » Pour obtenir une image vraie d’un moment, n’inventez-vous jamais de détails faux ?
Non, tout tient dans l’agencement. Les détails ne sont pas faux, mais ils peuvent être déplacés. On peut décrire quelque part une expérience qui, en fait, s’est déroulée ailleurs. Mais l’expérience, au fond, ne change pas de valeur d’un endroit à l’autre.
Le matériau initial de mes livres, ce sont vraiment des carnets que j’ai dans la poche. Des trucs qu’on note au moment où ça arrive, qu’on laisse dormir un certain nombre de mois et qu’on exhume, qu’on met en ordre.
Pour Carnets de ronde, par exemple, j’avais noté le récit de la femme du train qui parle de son mari mort d’insolation et dit : « il a bonne mine maintenant ». J’y ai joint le proverbe grec : « la langue n’a pas d’os, mais elle peut briser des os » qui flottait ailleurs tout seul. Je rattache ces deux notes parce qu’elles s’appuient l’une sur l’autre. J’aurais des centaines d’exemples de choses notées, on ne sait pas trop par quel mouvement obscur, et qui se justifient mutuellement quand tu les mets côte à côte. C’est ce que j’appelle le travail d’agencement.

C’est finalement assez proche d’une technique artistique, du patchwork au ready-made non ?
À ceci près qu’on ne sait pas ce qui te fait écrire ou noter telle ou telle chose. Je pense que c’est un peu le même mouvement à chaque fois, donc il y a une logique interne. Ce qui explique que les notes, quand elles finissent par se rencontrer, peuvent s’agripper mutuellement. Alors que...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°58
6.50 €
LMDA PDF n°58
4.00 €