La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La dernière note

janvier 2005 | Le Matricule des Anges n°59 | par Franck Mannoni

L' Interruption du Parsifal après le premier acte

Victor Tiefenbronn n’est pas un musicien comme les autres. Enfant génial, il brille par son talent de soliste et de chef d’orchestre avant de sombrer dans la folie ses vingt ans à peine passés. Dépassé par son génie, étouffé par une mère excessive, Tiefenbronn ne trouve plus refuge dans les partitions. C’est auprès d’un fidèle compagnon qu’il délivre, par bribes, ses impressions sur une existence faite de brimades successives. L’attribution d’une médaille aux virtuoses porte son nom, mais passe inaperçue. Une salle culturelle dont il est l’initiateur est inaugurée dans l’indifférence générale. Sa vie sentimentale est une succession d’échecs. Autant de coups du sort qui finissent par avoir raison de sa santé mentale. Les raisons cachées de sa chute ? « Parfois le prodige subsiste, parfois il disparaît rapidement ; une fois le prodige disparu, il reste seulement l’enfant et qui plus est, vieilli de manière étrange ». Les mélomanes apprécieront dans le récit de Giuseppe Curonici (originaire du Tessin) les analyses des passages de Parsifal de Wagner, visités par l’esprit délirant de Tiefenbronn, terrorisé par le son des trompettes. Par la musique, l’artiste exprime son génie comme sa folie, et la difficulté d’être différent du commun des mortels : « La valeur d’un homme est d’être à l’image et à la ressemblance de tout autre homme ».

L’interruption du Parsifal après
le premier acte

Giuseppe Curonici
Traduit de l’italien
par Daniel Mandagot
À la croisée
104 pages, 16

La dernière note Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°59 , janvier 2005.
LMDA papier n°59
6.50 €
LMDA PDF n°59
4.00 €