La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Un bienfait n’est jamais perdu

septembre 2006 | Le Matricule des Anges n°76 | par Malika Person

Agathe raconte son glissement vers l’introversion puis l’aphasie et comment elle devient le souffre-douleur de Nicolas, son camarade de classe. Le roman alterne entre l’univers familial et l’école, les deux lots quotidiens de la jeune adolescente en souffrance. Deux mondes sclérosés et oppressants qui ne semblent offrir à la jeune fille aucune échappatoire possible. Agathe décrit d’un côté sa mère, nœud gordien dans l’histoire, qui nourrit sa névrose et la donne en pâture à sa fille et à son mari impuissant, entretenant la douleur d’un lourd secret de famille (la perte de son premier enfant, Augustin) qui explose un jour à la figure d’Agathe, et de l’autre, Nicolas, véritable tête à claques, qui s’est juré de la faire parler un jour.
Dans ce roman, les mots ne portent plus rien que la haine des autres. Agathe, elle, choisit l’effacement en devenant silencieuse. Un silence paradoxal puisque le texte est riche de ses mots enfermés au-dedans d’elle-même. Alors que tout semble noué (Agathe frôle la schizophrénie en se prenant pour Augustin pensant ainsi s’aguerrir pour affronter le monde extérieur), l’annonce de l’hospitalisation de son pire ennemi va avoir un effet cathartique sur la jeune fille. Elle décide d’aller lui rendre une visite amicale. Une scène emblématique représente cet instant où tout bascule : elle se regarde dans le miroir de l’ascenseur qui la mène à Nicolas. Son regard s’ouvre sur le réel, le présent. Elle prend conscience d’elle-même, apprend à se défaire des angoisses maternelles. L’écriture simple et fluide de Nathalie Kuperman maintient une distance nécessaire pour ne jamais verser dans le mélodrame.

Pas un mot de Nathalie Kuperman
L’École des loisirs, « Neuf », 8

Un bienfait n’est jamais perdu Par Malika Person
Le Matricule des Anges n°76 , septembre 2006.
LMDA papier n°76
6.50 €
LMDA PDF n°76
4.00 €