La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Guerre honteuse

octobre 2006 | Le Matricule des Anges n°77 | par Françoise Monfort

L’intérêt pour les témoignages de guerre est venu à Svetlana Alexievitch en rencontrant une infirmière militaire qui évitait les étals de boucher où la viande lui évoquait la chair humaine. Après un premier recueil de souvenirs des combattants de la Grande Guerre patriotique version russe de notre Deuxième Guerre mondiale elle a interrogé les Afghantsy expédiés à Kaboul dans les années 80 afin d’y accomplir leur « devoir international ». Tandis que le bon peuple soviétique les croyait occupés à planter des allées de la liberté, un responsable politique les exhortait à sauver la population des envahisseurs américains qu’ils auraient devancés d’une heure sur le terrain ! « La vérité, seul un désespéré vous la racontera tout entière » dit l’un des témoins. Veuves, mère de soldats morts au combat, infirmière ou artilleur, ils s’épanchent dans le micro d’Alexievitch. Leur vérité tient dans les cercueils de zinc rapatriés en catimini, l’agonie des enfants afghans massacrés, les prisonniers relâchés en hommes-troncs, le sang « bleu foncé sur les rochers vers le soir, quand il n’est plus vivant », le matériel obsolète, la faim, l’oubli. On leur a menti.
À leur retour, pour ne pas sombrer, beaucoup se raccrochent au mythe du héros auquel ils peuvent encore prétendre jusqu’à la parution des Cercueils de zinc en 1990. De croisade contre l’impérialisme US la guerre d’Afghanistan devient alors honteuse, les Afghantsy passés de mode, leurs petites amies repoussent « leurs mains couvertes de sang ». Les Cassandre sont toujours en avance sur leur temps : accusée par certains d’avoir dénaturé leurs propos, l’auteur choisit l’exil à l’issue de débats kafkaïens autour de son œuvre. On trouve en annexe une Chronique de son procès, des lettres de soutien adressées par ses confrères et des extraits de sa dernière audience dans laquelle elle revendique sa liberté d’écrivain. Une « expertise littéraire indépendante » produite par l’Académie des Sciences de Biélorussie vient à point pour raviver l’espoir quant à l’avenir de la démocratie en ex-URSS.

Les Cercueils de zinc de Svetlana Alexievitch
Traduit du russe par Wladimir Berelowitch et Bernadette du Crest, Christian Bourgois, 374 pages, 8

Guerre honteuse Par Françoise Monfort
Le Matricule des Anges n°77 , octobre 2006.
LMDA papier n°77
6.50 €
LMDA PDF n°77
4.00 €