La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Derniers feux

novembre 2006 | Le Matricule des Anges n°78 | par Thierry Guichard

Le nouveau roman de Pierre Jourde aborde un rivage inattendu : celui de l’amour romantique. De quoi faire passer la littérature de l’estomac au cœur.

Comme dans Pays perdu ou Festins secrets, le récit et le roman précédemment parus chez le même éditeur, L’Heure et l’ombre débute par la narration d’un voyage. Moyen, pour Pierre Jourde, de nous faire entrer peu à peu dans son univers teinté de fantastique. Ce n’est pas là, la seule résurgence de ce roman : on retrouve le don qu’a l’auteur de dresser un portrait des petites villes de province, ou son attirance pour les forêts à la pénombre romantique.
Le voyage inaugural est celui que fait le narrateur (on ne saura qu’à la fin du livre qui il est) en voiture dans la compagnie de Denise, une jeune femme qui le fascine. Lui, au moment des faits, est encore élève en médecine, elle, en est revenue : de la médecine aussi bien que de la fréquentation des hommes. Ils filent tous deux vers la station balnéaire de Saint-Savin et la durée du voyage sera pour elle celle de son récit : elle dit dans quelle ville enterrée de Bretagne elle exerça la médecine et ce qui lui arriva alors, qui scella peut-être sa carrière. C’est une enfant qu’elle découvre dans la salle d’attente de son cabinet médical et qui disparaît avant même qu’elle ait pu lui adresser la parole. Une enfant seule, comme un fantôme ou une âme entre la vie et la mort. La mère de cette enfant a disparu, son père, qui est étranger à la petite ville, a conduit son garage à la faillite et se transforme peu à peu en ombre. Denise, immanquablement, est attirée par l’enfant, Diane, qu’elle voit la nuit ou sous la pluie jouer seule dans le jardin abandonné de sa maison. Elle ira à sa rencontre comme on court à sa destinée, tentera de soulager la petite fille de sa souffrance, ses angoisses, mais ne pourra s’élever contre Martin son père, qui souffre d’un mal étrange.
Pierre Jourde excelle à plonger le fait-divers qu’il bâtit dans une atmosphère entêtante, inquiétante et belle. Ce n’est que la première pièce d’une grande histoire d’amour. C’est par le nom de Saint-Savin que cette pièce-là va s’agréger à la suivante. Martin, certaines nuits, délire. Il semble être habité par un autre et c’est dans un moment de crise qu’il lâche, plusieurs fois, le nom de Saint-Savin.
Ce nom n’est pas sans effet sur le narrateur du roman. Saint-Savin, il connaît, il y a passé une bonne partie de ses vacances de l’enfance à l’adolescence. C’est même là qu’il est tombé amoureux, définitivement. Amoureux d’une jeune Sylvie (Diane et Sylvie : les prénoms nous ouvrent toutes les forêts). Celle-ci, orpheline de père, habite l’été dans la maison mitoyenne avec sœur et mère. Une année, un homme est là, qui disparaît, qui ressemble étrangement au portrait de Martin tel que dressé par Denise. Et si c’était le même homme ? L’hypothèse est séduisante, troublante, romanesque. Notre narrateur s’y accroche et retourne à Saint-Savin. L’hypothèse est aussi un prétexte à renouer avec l’amour absolu de la jeunesse. Pierre Jourde a ainsi pris un chemin de traverse (sous le couvert des forêts et du fantastique) pour aborder le véritable sujet du roman : l’amour. Car les autres pièces qui vont s’ajouter aux deux premières évoquées ne feront que suivre le fil fragile d’un amour comme on n’en vit plus. Un amour que le XIXe siècle aura réussi à pousser jusqu’à notre époque. Amour empêché que le silence et le mensonge statufient et rendent impossible. Donc : magnifique. On n’attendait pas l’auteur sur ce registre. Il évite les écueils du genre, la mièvrerie en premier lieu, qu’il remplace par une sorte de suspens. Au final, on s’est laissé embarquer et on a trouvé ça délicieux.

L’Heure
et l’ombre

Pierre Jourde
L’Esprit
des péninsules
260 pages, 19

Derniers feux Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°78 , novembre 2006.
LMDA papier n°78
6.50 €
LMDA PDF n°78
4.00 €