La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Par-delà la mort

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Laurence Cazaux

Face à la mère est construit presque classiquement, un prologue, trois mouvements puis un épilogue, pour évoquer une traversée dans le deuil.
Un homme apprend que sa mère de 75 ans est morte assassinée à Port-au-Prince. Jeune, sa mère s’est enfuie avec ses deux enfants, le fils et la fille, pour un long exil en Belgique. Ensuite le fils s’est révolté, a enjoint la mère de partir, de le laisser. Elle est rentrée dans son pays. Dix années se sont écoulées sans que l’un et l’autre se croisent, puis vint le temps des retrouvailles, timides, fugaces. Avec l’annonce de cette mort brutale, le fils après trois ans qu’il nomme de « coma » part à la rencontre de sa mère morte pour enfin parler d’amour. « Vivante, je m’étais exilé de vous. Morte, vous redessiniez mes frontières, comme un indiscernable océan. Je vous avais connu sainte, je vous retrouvais martyre. Alors, puisque vous ne me laissiez pas de répit, puisque je ne pouvais plus prendre le large pour fuir votre absence infinie, j’ai décidé de partir à votre recherche et de me rapprocher de vous. » Il se présente devant le royaume des ombres pour dire et redire les mots qui ne sont pas venus au bon moment, pour laisser partir la douleur, accepter la violence du monde… Les paroles se croisent, le texte pourrait être un monologue ou un chœur de récitants, avec les différentes voix d’un être divisé. L’écriture, sans fioriture ni pathos, va à la simplicité, la mise à nu. La pièce nous touche dans le chemin trouvé pour surmonter la douleur, puisque le texte va à l’apaisement, par le poème, en ressassant les mots jusqu’à ce qu’ils s’épuisent, jusqu’à pouvoir entendre la mère morte. Tissant le lien avec l’invisible, le théâtre de Jean-René Lemoine trouve là une belle vitalité.

Face à la mÈre de Jean-René Lemoine
Les Solitaires intempestifs, 64 pages, 10

Par-delà la mort Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°79 , janvier 2007.