La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Compagnies silencieuses

février 2007 | Le Matricule des Anges n°80 | par Anthony Dufraisse

À mi-chemin

Acteur renommé, Sam Shepard est aussi écrivain, un écrivain d’une réelle sensibilité. Les dix-huit nouvelles qui composent ce recueil traduisent toutes un même intérêt pour les désirs dérisoires sous la disparate des situations et des personnages. Bien peu, du reste, sont vraiment des nouvelles. Le terme ne semble guère s’appliquer qu’à une ou deux. Bien plutôt sont-ce des tranches de vie. La plupart de ces textes, certains très courts, se déroulent dans l’Amérique profonde. Snack-bar et mobil home, grand-route et bungalow, ferme et motel modestes sont les décors. Ici on prend en marche le train-train quotidien.
Un geste, une parole, un regard révèlent l’affleurement de ces sentiments dont la routine ne favorise plus l’éclosion. Shepard décèle les imperceptibles fissures qui lézardent les assises d’une existence et la brèche soudaine par où les émotions déstabilisent l’instable structure. Ébranlée, secouée, la vie reprendra néanmoins son cours à la limite de l’absurde, à la lisière de l’aberration. À mesure que son talent naturel a mûri avec les années, la tendance de Shepard à s’exprimer plus subtilement s’est affirmée et affinée. Sa maîtrise dans l’art de poser un décor ou de communiquer une atmosphère en peu de mots est devenue assez remarquable. Comme déjà dans le précédent recueil, Balades au paradis, jamais le trait n’est ici appuyé.
Allusif, suggestif, Shepard dévoile l’équivoque, effleure et frôle silences et non-dits. Cette manière qu’il a d’approcher le trouble qui vrille d’un coup le cœur ou la conscience des hommes se fait sans heurt ni bruit. De ces textes monte, entêtante, une petite musique toute de monotonie, cette forme que prend la mélancolie pour ne pas blesser.

À mi-chemin de Sam Shepard - Traduit de l’américain par Bernard Cohen, 10/18, 180 pages, 6,40

Compagnies silencieuses Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°80 , février 2007.
LMDA papier n°80
6,50 
LMDA PDF n°80
4,00