La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Art chaotique

avril 2007 | Le Matricule des Anges n°82 | par Benoît Legemble

Thierry Beinstingel mène depuis des années un travail expérimental sur le réel. Ses précédents romans s’interrogeaient sur le monde de l’entreprise et la place de l’individu dans la structure sociale. Et son dernier livre ne déroge pas à la règle. L’œuvre en question, c’est 1937 Paris-Guernica, roman à la croisée des genres racontant l’Exposition internationale qui se tint dans la capitale française. Beinstingel prend l’année 1937 comme tournant du siècle : c’était le temps où le Front populaire aspirait à changer le monde, non sans donner des signes de son propre essoufflement. C’était l’époque nauséabonde où l’art était à la solde de l’État, où Speer signait les monuments officiels du Reichstag et le réalisme s’insinuait comme une nécessité décrétée par les instances nazies et bolcheviques afin de lutter contre « l’art dégénéré ». Vue depuis l’angle de la composition du catalogue qui regroupe les pavillons des différents pays, voici l’histoire d’un lieu éphémère concentrant tous les symboles d’une agonie, alors que Picasso est en train d’achever l’une de ses plus grandes toiles, Guernica. Beinstingel place les deux villes en vis-à-vis, dans un frontispice sublime qui stigmatise la décadence parisienne. Affleure alors la question du rôle de l’art au regard de la catastrophe celle déjà posée par Hölderlin dans Pain et Vin, lorsqu’il s’exclame : « À quoi bon des poètes en temps de crise ? » L’œuvre de Picasso s’impose comme une évidence : tandis que « le vieux Maître avait toujours refusé le voyage du tableau en Espagne tant que la République ne serait pas rétablie », le musée semble dépourvu de toute conscience historique. Hors du temps, « les visiteurs passent, visages tranquilles, impassibles, protégés de la sauvagerie de la fresque par la vitre, protégés d’eux-mêmes. On passe, appliqué à sa vie moderne, insouciant comme en 1937. »

1937 Paris-Guernica de Thierry Beinstingel
Maren Sell Éditeurs, 157 pages, 18

Art chaotique Par Benoît Legemble
Le Matricule des Anges n°82 , avril 2007.
LMDA papier n°82 - 6.50 €
LMDA PDF n°82 - 4.00 €