La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Comédie à l’allemande

avril 2007 | Le Matricule des Anges n°82 | par Thierry Cecille

Têtes interverties

Comment oser résumer un roman dont le narrateur-protagoniste déclare lui-même : « Cela me rappelle Columbo » ? Il s’agit bien là, tout au long de ces trois cents pages touffues, bavardes à dessein, d’une enquête : qu’est-il arrivé au grand-père du héros, qui fut un grand violoniste juif de l’entre-deux-guerres ? A-t-il été massacré à Kharkov, au moment de l’avancée allemande ? Ou bien a-t-il, miraculeusement, survécu ? Et quel rôle ont joué, dans ce destin, le grand compositeur nazifié Kunze et sa famille ? Près de quarante ans plus tard, le petit fils, lui-même violoniste mais un peu par hasard, par raccroc tentera, en même temps, de percer ces troubles secrets, et de s’inventer une vie, après avoir quitté l’URSS pour Israël, et Israël pour cette Allemagne nouvelle ? C’est bien à une interrogation sur la mémoire et l’oubli, sur la vérité et la falsification, le réel et la mythologie, que se livre ici Guirchovitch (déjà remarqué pour son Apologie de la fuite) mais sous l’influence reconnue de Nabokov. L’humour se mêle à l’érudition elle-même ironique : jeu de références artistiques ou littéraires plus ou moins authentiques, allusions aux interprètes et compositeurs de ces temps difficiles (Strauss en premier lieu, mais aussi Stravinski ou Hindemith), accumulation de notes consistantes en fin de volume qui, nous prévient la traductrice (dont il faut sans doute saluer le travail), sont en vérité des « commentaires » qui « peuvent être lus comme un texte à part ». Dans ce concerto endiablé, c’est à une interrogation sur le mal et la culpabilité que nous avons affaire et la coda, dans son ambiguïté, est riche de résonances : « L’Europe a été empoisonnée par la beauté. »

Têtes interverties de Léonid Guirchovitch
Traduit du russe par Luba Jurgenson
Verdier, 282 pages, 22,50

Comédie à l’allemande Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°82 , avril 2007.
LMDA papier n°82
6.50 €
LMDA PDF n°82
4.00 €