La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Instantanés de Romer

avril 2007 | Le Matricule des Anges n°82 | par Thierry Guichard

On ne sait pas grand-chose de Stephen Romer. Seulement ce que nous en dit Valérie Rouzeau dans la préface de ce premier livre traduit en français. Anglais, né en 1957, Stephen Romer vit en France et a enseigné à l’Université de Tours où la poétesse l’a croisé. C’est un poète rare : trois « minces recueils » publiés nourrissent une bonne partie du livre qu’on tient. La poésie de Romer se reconnaît immédiatement, nous dit la préfacière. Et on ne lui donne pas tort. Ce n’est pas pour autant une poésie spectaculaire. Proches de la prose, les poèmes rassemblés ici, déploient souvent une seule longue phrase, comme un lent panoramique pour embrasser un paysage, un moment, une pensée. S’y entend quelque chose de très fragile, une musique qui sans être monotone, installe un rapport mélancolique au monde. Bon nombre de poèmes semblent issus de carnets de notes et font penser à l’œuvre poétique des deux autres traducteurs : Gilles Ortlieb et Paul de Roux. On y retrouve une attention portée aux détails, un temps suspendu comme sur des photographies prises au vol. L’humour y est possible, comme dans « Le Vase » où l’on retrouve l’autodérision douce-amère des poèmes qui disent la rupture amoureuse. La plus belle partie du livre évoque l’exil en Pologne. On assiste à une rencontre entre le poète et un rescapé des camps nazis. Entre eux, la conversation se déroule simplement et ce que le poète en dit semble s’appliquer aussi à sa poésie : « Cette aisance/ a quelque chose d’anormal / une présence et une absence / un passé et une affectation // mais de quel côté la situer,/ c’est ce que je ne saurais dire./ Nous sommes deux amis de fraîche date,/ bavardant au-dessus d’un abîme / et il se pourrait bien/ que le langage soit mensonge. »

Tribut de Stephen Romer - Traduit de l’anglais par Gilles Ortlieb, Paul de Roux et Valérie Rouzeau,
Le Temps qu’il fait, 141 pages, 18

Instantanés de Romer Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°82 , avril 2007.
LMDA papier n°82
6,00 €
LMDA PDF n°82
4,00 €