La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Adolescence

mars 2009 | Le Matricule des Anges n°101 | par Richard Blin

En ces temps de pornographie mercantile et de culte du ventre et du bas-ventre, comment dire la nudité qui fait battre le cœur et lever le membre ? Comment dire l’origine nue, le nid du monde, « cette planète / ce dieu petit bijou », « ces cercles que tu commences / en retroussant ta jupe » (P. Garnier) sinon en retrouvant un peu du plaisir sensuel de l’enfant apprenant à nommer le monde. C’est en tout cas cette fraîcheur des commencements que célèbre, à 80 ans passés, Pierre Garnier, un des pionniers de la poésie spatiale (le tome I de ses Œuvres poétiques vient de paraître aux Éditions des Vanneaux). Adolescence, c’est la fibre intime du temps restée aube en son jardin, c’est désirs et dérives dans les splendeurs prismatiques de l’impudeur belle. C’est baptême d’ondes, lac de gloire et scènes de haute carnation. « Te diviser entre le miroir et la / fenêtre / Te pénétrer / c’est aussi le désir d’aller / jusqu’au bout / de te diviser toute / tu es cette rivière / qui toujours s’allonge / sans se séparer de sa source… ». Oratorio de neige, écume de grâce, mariage du mot et du miracle, c’est Eve inchangée et toujours confondante qu’il nous offre en sa fleur, ses fluences et son Alléluia d’arche de Noé luxuriante.
Dans La Robe de nudité de Lambert Schlechter, dont on n’a pas oublié le poignant Silence inutile (La Table ronde, 1996), c’est le besoin crucifiant de voir, la morsure infinie du désir qui sont déclinés. Le clignotement chaud de la vie, le jeu des mots et des mains, la douceur d’être nu avec une femme, la simplicité fécondante du don, l’ « ontologiclement » de la bouleversante et fascinante luxure. Poésie de l’interstice, du vertige de la chair mise à nu, de l’incompréhensible mystère de ce qui se passe entre la femme et l’homme. « -J’aurais ma robe verte, nous serions au salon et je vous regarderais. - Ce sera le temps, ce sera le moment. - Oui, d’être, d’être là, prodigieusement… »

Adolescence
Pierre Garnier
et La Robe en nudité
Lambert Schlechter
Éditions des Vanneaux, 52 et 64 pages, 12 chacun

Adolescence Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°101 , mars 2009.
LMDA papier n°101
6.50 €
LMDA PDF n°101
4.00 €