La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Tuer Catherine

avril 2009 | Le Matricule des Anges n°102 | par Chloé Brendlé

Tuer Catherine

Attention, ceci n’est pas un roman policier. Ni même un roman, d’ailleurs. Étiqueté « roman » sur sa couverture, mais réfractaire à toute fiction, à tout récit linéaire, loin des « petits contes bien ficelés », Tuer Catherine est un récit sans sujet. « En finir » à la fois avec le sacro-saint sujet du livre, l’histoire, et avec la croyance en un sujet grammatical uni et en paix avec lui-même, tel est le pari de ce premier récit diabolique. Le « je » de l’écriture est ainsi diffracté en autant de voix et de styles qui le hantent et le déchirent : du dialogue de théâtre au monologue intérieur (ou mieux, « plurilogue » intérieur) en passant par la forme de la notice, la narratrice raconte la lutte de l’écriture. Ou comment tenter de tuer l’intruse, l’ennemie intime, « tragédienne de pacotille, minable héroïne de roman de gare », la dénommée Catherine, qui parasite les pensées et le style de la narratrice, pour faire enfin advenir une voix. Tuer pour faire exister. Récit en forme de poupées russes (une voix en cache toujours une autre), tout en spasmes et en convulsions, sismographie de l’écriture. Le lecteur se trouve tiraillé par ces démons intérieurs, plongé dans le magma de cette conscience explosée sur le papier. Piégé. Malmené. Trop peut-être. Mais en tout cas dérangé à son tour dans sa case bien assignée de lecteur. Écriture à cerveau ouvert, « cortex-fiction » selon les mots de l’une des voix, ce texte est l’anti-recette du roman. Et l’on comprend qu’il s’agit d’écrire non « sur » soi mais « contre » soi, de décortiquer sa conscience. Faire œuvre d’équilibriste sur le fil ténu qui sépare le silence de la cacophonie. Jouer les désillusionnistes. Le nom de l’assassin, pardon, de l’écrivain ? Nina Yargekov. Là encore, le doute est permis : la narratrice sème des anagrammes de ce nom. « Sudoku littéraire », comme elle le suggère, ou tragédie d’une narratrice ? À voir au prochain délit romanesque…

Tuer Catherine
de Nina Vargekov
P.O.L, 248 pages, 18

Tuer Catherine Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°102 , avril 2009.
LMDA papier n°102 - 6.50 €
LMDA PDF n°102 - 4.00 €