La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le kaola

avril 2009 | Le Matricule des Anges n°102 | par Dominique Aussenac

Son précédent roman, À coups redoublés (Autrement, 2008), écrit à la fin des années soixante, troublait par le paroxysme de sa violence, sa noirceur, ses terribles images. Kenneth Cook relatait un fait divers sordide, l’assassinat d’un adolescent dans un pub australien peuplé de fous furieux saouls et libidineux. À la fin de sa vie très mouvementée, Cook collectionna des nouvelles animalières, pas façon Bougrain-Dubourg. Le Koala tueur recèle quinze pépites efficaces, hilarantes, garanties autobiographiques à 100 %, qui parviennent à faire douter d’animaux aussi prétendument inoffensifs que la peluche éponyme. L’Australie apparaît comme un vaste territoire déserté par les humains et infesté d’animaux aussi sympathiques que le crocodile d’estuaire, avoisinant les huit mètres de long, les serpents aussi engageants qu’« un taïpan (radicalement mortel), deux king browns (presque aussi mortels), une vipère de la mort (indiscutablement mortelle), trois black snakes (mortels) et un python diamant (inoffensif) ». Le fil rouge de ces nouvelles : la propension de l’auteur à lever le coude en compagnie des êtres les plus frappadingues que l’on puisse rencontrer : montreurs de serpents, sauveteurs de koalas, administrateurs de lavements pour pachydermes, mineurs fous, passeur illégal de serpents… Autour de verres, les histoires vont bon train et l’auditeur retrouve toutes ses peurs archaïques. En premier lieu celle d’être dévoré tout cru, comme ce braconnier dont on a retrouvé les jambes derrière ce buisson. Un crocodile tueur doit être trucidé, c’est la loi ! L’auteur sillonne les trous d’eau à la ronde, lançant çà et là des charges de plastic pour faire remonter à la surface le croco digérant le haut du corps perdu. Histoires vraies, histoires d’ivrogne ? Kenneth Cook est décédé en 1987, d’une crise cardiaque, alors qu’il campait dans le bush, au bord d’une rivière. Qu’avait-il bien pu rencontrer alors ?

Le Kaola tueur
de Kenneth Cook
Traduit de l’australien par Mireille Vignol,
Autrement, 155 pages, 15

Le kaola Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°102 , avril 2009.
LMDA papier n°102 - 6.50 €
LMDA PDF n°102 - 4.00 €