La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches La pierre d’achoppement

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Thierry Cecille

La Pierre d’achoppement

La couverture est malencontreusement choisie : cette histoire simple et cruelle ne se déroule pas dans le New York d’Edward Hopper, celui des années 20, des secrétaires esseulées et des mélancoliques ouvreuses - mais dans celui de 1900 et dans cette société que peignent alors, chacun d’un côté de l’Atlantique, Proust et James. Le héros est un avocat, autrefois aimé d’une femme écrivain que la gloire désormais accompagne : elle est morte. En possession de ses lettres, il va commettre l’indiscrétion de les vendre à un éditeur afin de pouvoir épouser la jeune fille de bonne famille qu’une pauvreté - relative ! - lui interdirait à jamais. Le couple pourrait désormais partager un bonheur bon chic bon genre : thés au crépuscule, promenades dominicales sur les yachts d’amis, mondanités mesurées. Mais le remords, la crainte du mépris, la naissance de la jalousie, viennent tourmenter le pathétique Glennard… C’est au microscope et au scalpel que Wharton observe les intermittences du cœur et de l’esprit, et c’est avec une plume acide qu’elle dresse le compte-rendu de cette expérience de l’humiliation - que chacun de nous, dans des situations variables, a pu vivre. La traduction méticuleuse (mais l’on peut regretter ça et là de gênantes lourdeurs, un mystérieux « piquant délibérément un fard profond » ou un burlesque « leurs regards affluèrent ensemble ») nous permet de savourer la finesse, qui frôle parfois la préciosité (comme chez Proust), de l’écriture de Wharton. Les portraits, en particulier, offrent souvent d’imparables formules : « On se disait que si elle avait été plus jolie, elle aurait eu des émotions au lieu d’idées » ou « Ses mouvements étaient si économes qu’on aurait pu dire qu’ils mettaient ses mots en italiques. » La plaisante satire sociale cède la place, parfois, à une ironie plus cruelle : la pitié côtoie dangereusement le mépris. Wharton s’aventure également avec lucidité sur les chemins de l’inconscient : notre héros devra affronter les « subtilités de l’introspection », les actes et paroles manqués, le

LA PIERRE D’ACHOPPEMENT
d’EDITH WHARTON
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Pierre Naugrette
Circé poche, 152 pages, 7

La pierre d’achoppement Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €